Rambouillet : une jeune fille blessée à la cuisse en forêt par un tir de carabine à plomb

Le coup aurait été tiré lundi à Rambouillet par un groupe de quatre ou cinq jeunes gens qui s’amusait en forêt. La victime doit être opérée.

 Maisons-Laffitte. La jeune femme de 18 ans a poussé la porte de l’hôpital de courses. Elle souffre d’une blessure à l’arrière de la cuisse dont l’origine est vraisemblablement un tir de carabine à plomb
Maisons-Laffitte. La jeune femme de 18 ans a poussé la porte de l’hôpital de courses. Elle souffre d’une blessure à l’arrière de la cuisse dont l’origine est vraisemblablement un tir de carabine à plomb LP/J.C..

Une jeune femme de 18 ans a été blessée par un tir de carabine dans la soirée de lundi à Rambouillet alors qu'elle se promenait dans la forêt avec une amie.

C'est pourtant seulement le lendemain mardi, vers 19 heures, qu'elle a poussé la porte de l'hôpital des courses de Maisons-Laffitte. La jeune victime souffre d'une blessure à l'arrière de la cuisse. L'équipe médicale comprend que l'origine en est le tir d'une carabine à plomb et prévient la police. Face à la patrouille qui se rend aux urgences, la jeune blessée raconte que la veille au soir, elle se promenait avec une amie en forêt près d'un étang entre Vieille-Église et Rambouillet.

Une arme considérée... comme un jouet

La victime raconte qu'elle et son amie avaient soudain ressenti des douleurs avant de repérer un groupe de quatre ou cinq jeunes gens qui s'amusait à tirer avec une carabine dans les bois. Le projectile, un plomb de 4,5 mm, provenant d'une carabine à air comprimé, n'a pu être retiré à l'hôpital des courses. La blessée a été transférée à l'hôpital de Poissy où elle devait être opérée ce mercredi. Les deux jeunes femmes n'ont pas souhaité déposer plainte suite à cette mésaventure.

Le commissariat de Rambouillet est chargé de mener la suite des investigations. Si une enquête est ouverte, il resterait à vérifier la véracité des déclarations des promeneuses et à déterminer si ce groupe de tireurs n'a pas fait d'autres victimes en se livrant à ce jeu dangereux. Ces armes que l'on peut se procurer sans autorisation sont considérées comme des jouets et peuvent se révéler mortelles si le projectile atteint la tête.