Yvelines : un million d’euros de tableaux dérobé lors d’un cambriolage

L’ancien patron des chantiers navals de la ville a été victime d’un cambriolage durant son sommeil à Sartrouville. Les voleurs ont mis la main sur une dizaine de tableaux de maîtres.

 Illustration. Pour l’heure, aucune piste n’est privilégiée Les enquêteurs de la PJ de Versailles, mais au regard de la nature du butin, l’hypothèse d’un voleur qui serait entré au hasard dans cette propriété paraît peu probable.
Illustration. Pour l’heure, aucune piste n’est privilégiée Les enquêteurs de la PJ de Versailles, mais au regard de la nature du butin, l’hypothèse d’un voleur qui serait entré au hasard dans cette propriété paraît peu probable. LP.

Audacieux cambriolage, dans la nuit de vendredi à samedi, à Sartrouville. Un ou des malfaiteurs se sont emparés d'une dizaine de toiles de maîtres, d'une valeur totale estimée de 500 000 à un million d'euros, dans un pavillon de la commune.

L'alerte a été donnée au commissariat vers 13 heures, par la victime. Selon cet homme de 93 ans, les voleurs sont passés à l'action entre 4 heures et 6 heures du matin, alors qu'il était endormi. Les malfaiteurs ont auparavant forcé l'entrée de la maison, une énorme bâtisse des bords de Seine de 450 m2.

Les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles sont chargés de mener les investigations. Ils se sont rendus sur place pour interroger la victime et mener une enquête de voisinage. Les techniciens de la police scientifique ont été mobilisés pour relever les éventuels traces et indices dans la maison, et à proximité. Pour l'heure, aucune piste n'est privilégiée, mais au regard de la nature du butin, l'hypothèse d'un voleur qui serait entré au hasard dans cette propriété paraît peu probable.

La victime est issue d'une famille réputée de la commune

Les enquêteurs vont naturellement s'intéresser à l'entourage de la victime et aux filières de recel des œuvres d'art, dont la voie habituelle passe par la Belgique. Les photographies des toiles volées, de Michaud, Fehringer et Budin, trois artistes peintres du XIXe siècle, seront diffusées sur le fichier des œuvres volées de l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) dont les données sont consultables dans toute l'Europe.

La victime n'est pas un inconnu à Sartrouville. Jean-Pierre Jouet est même une figure de la ville. Son père, Paul Jouet, était le cofondateur des chantiers naval de bateau de plaisance, nés au sortir de la Première Guerre mondiale. Le chantier naval de Sartrouville jouissait alors d'une grande réputation, due à la fois au perfectionnisme de son patron et à la haute qualification de ses compagnons. À l'époque, certains le considèrent même comme « le Dior de la construction navale ». Son fils, Jean-Pierre, dirigeait encore ces chantiers au début des années 1960. Il a vendu l'entreprise en 1970 pour faire sa carrière comme organisateur de salon sur le nautisme.