Yvelines : les trafiquants de drogue pris sur le fait

Deux jeunes hommes de 20 et 22 ans ont été arrêtés à Guyancourt en pleine revente. Ils ont été condamnés à 11 mois et 1 an de prison ferme.

 Illustration. Les policiers ont interpellés les deux trafiquants de cannabis en flagrant délit.
Illustration. Les policiers ont interpellés les deux trafiquants de cannabis en flagrant délit. LP/Olivier Boitet

Leur petite entreprise était florissante, mais la police y a mis un terme. Deux jeunes hommes de 20 et 22 ans ont été arrêtés à Guyancourt par les fonctionnaires de la brigade anticriminalité alors qu'ils se livraient à la revente de produits stupéfiants. Ils ont été jugés en comparution immédiate en fin de semaine dernière au tribunal correctionnel de Versailles qui leur a infligé respectivement des peines de 11 mois et 1 an de prison ferme, avec mandat de dépôt.

Le 28 septembre dernier, un équipage de la BAC mettait en fuite les deux hommes alors qu'ils étaient en plein trafic. Une fuite qui n'aura pas duré bien longtemps, les policiers parvenant à les interpeller rapidement. Ils trouvaient sur le trafiquant 95 grammes de résine de cannabis et 20 grammes d'herbe, conditionnés pour la revente ainsi que 865 euros en liquide. Sur son comparse était découverte une liasse de billets pour un montant de 1600 euros.

Plus de 8500 euros sur le compte en banque du chômeur

L'homme en possession du cannabis était placé en garde à vue pour trafic de stupéfiants et le second pour non-justification des ressources en lien avec un trafic de drogue. Lors de la perquisition réalisée au domicile de ce dernier, les enquêteurs tombaient sur 2790 euros supplémentaires et des objets qu'ils soupçonnaient avoir été achetés grâce à l'argent de la drogue pour une valeur estimée à 3940 euros.

Sans emploi depuis plus d'un an, l'homme, connu pour fréquenter des personnes consommant ou trafiquant de la drogue, n'était pas en mesure de justifier l'origine de l'argent et des biens retrouvés chez lui. Par ailleurs, l'étude de ses comptes bancaires faisait apparaître un solde créditeur de 8550 euros, compte qui était également saisi par la police.

Lors des auditions, l'organisateur du trafic, se déclarant sans domicile fixe, niait les faits et expliquait n'être qu'un simple consommateur. Pourtant, une autre preuve était amenée, l'analyse des billets de banque par un laboratoire spécialisé mettait au jour une très forte présence de THC, principe actif du cannabis. Les deux hommes dorment désormais en prison.