Yvelines : le personnel de Blizzard se met en grève

La procédure vers la fermeture définitive du siège de l’éditeur américain de jeux vidéo est en cours. Plus de 280 emplois sont menacés à Versailles.

 Versailles, juin 2019. Il y a un an et demi, 133 emplois avaient déjà été supprimés.
Versailles, juin 2019. Il y a un an et demi, 133 emplois avaient déjà été supprimés. LP/L.M.

Le ton monte encore d'un cran chez Blizzard Entertainment. Un appel à la grève de 24 heures a été lancé ce mercredi auprès des salariés du célèbre éditeur de jeux vidéo par l'intersyndicale CGT/CFE-CGC/Specis-UNSA. Les trois syndicats, représentatifs au sein de la société luttent contre la fermeture programmée du site de l'entreprise américaine dans les Yvelines.

Implanté depuis 10 ans à Versailles, Blizzard Entertainment avait fait savoir il y a une semaine à ses salariés sa volonté de rapatrier ses activités à Londres. Une annonce qui intervient alors que la société a annoncé des résultats de vente record. Au total, c'est plus de 280 emplois qui sont en jeu.

La procédure de réorganisation en cours. Une première réunion du Conseil social et économique (CSE) s'est tenue ce mardi, en présence de la direction et des syndicats. Selon une source interne, la direction s'est contentée lors de ce rendez-vous de lire des documents relatifs au plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Une autre réunion, prévue ce mercredi, a été repoussée à la semaine prochaine.

Une perspective « inconcevable » pour les syndicats

Le tract, distribué par l'intersyndicale réclame l'abandon pur et simple du projet de fermeture. Le document indique que, « en cette période de crise du Covid-19 », envoyer près de 280 personnes sur un « marché du travail déjà difficile » est « inconcevable ».

« En 15 ans, nombreux sont ceux qui ont quitté leur foyer depuis toute l'Europe pour rejoindre l'entreprise et s'investir entièrement dans les succès de Blizzard. Parmi nous, certains ont 30 ans de bons et loyaux services et pourraient être confrontés à d'importantes difficultés pour retrouver un emploi », écrivent également les syndicats.

Ils relèvent enfin une dégradation du « climat de travail », à tel point que les risques psychosociaux auraient « dangereusement » augmenté.

La direction secrète sur les détails du projet

Concernant l'impact de la grève du jour, un salarié fait savoir que le personnel, pour la plupart en télétravail, a été invité à rester à domicile et à ne pas se connecter au site de l'entreprise. L'activité pourrait être sérieusement affectée en raison de la sortie, prévue ce mercredi, d'un « pré-patch », soit une mise à jour, pour le jeu vedette World Of Warcrafts. Lequel nécessite généralement beaucoup d'interventions du support client Europe, justement basé à Versailles.

Du côté de la direction, on ne s'estime « pas en mesure » de « donner des détails » sur le projet présenté au personnel. Une nouvelle réunion de présentation du PSE est bien confirmée pour la semaine prochaine.