Yvelines : le passager d’un bus dit vouloir «tuer et égorger tout le monde»

L’individu a tenu ces propos inquiétants devant le chauffeur et les autres voyageurs, ce vendredi matin, à Montigny-le-Bretonneux.

 Illustration.
Illustration. LP/O.B.

Un individu inquiétant dans la nature. Les policiers du commissariat d'Élancourt sont actuellement à la recherche d'un homme qui aurait tenu des propos menaçants dans un bus vendredi matin, à Montigny-le-Bretonneux. Selon une source policière, ce dernier aurait notamment lancé aux passagers et au conducteur vouloir « tuer et égorger tout le monde ».

L'incident s'est déroulé dans la ligne 415 de Sqybus, compagnie qui dessert les communes de Saint-Quentin-en-Yvelines. « Il a demandé si c'était bien la ligne qui allait vers la mosquée de La Verrière. Mais le chauffeur était nouveau et n'a pas su lui répondre », relate un proche du dossier. L'individu est allé ensuite demander la même chose à une passagère, qui elle aussi, était incapable de lui apporter une réponse.

Une plainte du transporteur

« C'est à ce moment qu'il a exigé qu'on le laisse sortir et qu'il s'est mis à tenir ces propos devant les gens qui se trouvaient dans le bus », explique cette même source. Une fois l'homme à l'extérieur du véhicule, le conducteur a immédiatement prévenu les forces de l'ordre. Une plainte doit être également déposée par les cars Perrier, exploitant du réseau de Sqybus.

Mais pour le moment aucune trace du suspect, qui arborait une capuche et un masque sombre. « Nous espérons pouvoir le retrouver rapidement. L'enquête est en cours », commente-t-on du côté du commissariat d'Élancourt. Dans l'après-midi, les policiers sont venus récupérer les vidéos de surveillance du bus, au dépôt situé à Trappes, afin de tenter d'identifier l'individu en question.

Des incidents qui se multiplient

Un incident qui n'est pas sans rappeler de mauvais souvenir aux chauffeurs de Sqybus. L'un d'eux a vécu une situation similaire début 2018. « Un homme parlait extrêmement fort et faisait sa prière au milieu du bus. Quand je lui ai demandé d'arrêter car il faisait peur aux autres passagers, il m'a dit qu'il allait me tuer et moi et toute ma famille. J'ai dû m'arrêter à côté du commissariat d'Élancourt où il a sorti un couteau devant les policiers avant d'être arrêté. Mais forcément, quand j'ai vu ce qu'il s'est passé ce matin, j'étais choqué. Je me suis dit que c'était la même chose », relate ce conducteur, en arrêt maladie depuis.

Depuis l'assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, ce type de faits est scruté de très près par les policiers du département. Plusieurs enquêtes pour apologie du terrorisme ont déjà été ouvertes.