Yvelines : la lisière de la forêt reconstituée après le chantier du tramway

La campagne de réaménagement doit permettre de préserver la biodiversité des espèces végétales et animales du massif, touché par les travaux du Tram 13.

 Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), le 13 novembre 2020. Suite aux travaux de réalisation des voies pour le tram-train, la lisière de la forêt va être réaménagée.
Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), le 13 novembre 2020. Suite aux travaux de réalisation des voies pour le tram-train, la lisière de la forêt va être réaménagée. LP/Yves Fossey

Défigurée à cause du chantier du Tram 13, la lisière de la forêt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) va être reformée. Alors que cette bordure agit comme une zone de transition entre la ville et le massif, elle ne remplit plus son rôle suite aux travaux au cours desquels des coupes d'arbres et d'arbustes ont été effectuées.

Le réaménagement va être lancé à partir de la semaine prochaine le long de la route des Loges, entre le château et l'avenue du Président-Kennedy. L'opération, qui doit durer jusqu'à l'été 2021, comprend l'abattage des arbres fragiles, la reconstitution de buissons pour favoriser l'écosystème ou encore un fauchage pour permettre à la nature « de faire son travail » et de « reprendre ses droits ». Ile-de-France Mobilités, qui porte le dossier en partenariat avec l'Office national des forêts (ONF), met en avant l'utilité d'une lisière « essentielle pour la préservation de la biodiversité ». Ce travail est appelé le « réétagement ».

Prévue en 2021, la mise en service du tramway est reportée à 2022 en raison de la crise sanitaire. DR
Prévue en 2021, la mise en service du tramway est reportée à 2022 en raison de la crise sanitaire. DR  

Le chantier du tramway a modifié le paysage et bousculé quelque peu la nature. « Comme une coupe a eu lieu, certains arbres qui étaient dans l'ombre se retrouvent en pleine lumière, à cause de ce changement brutal ils risquent de mourir », explique Ana Lopez, chargée de projet pour Ile-de-France Mobilités. Afin de connaître leur état de santé, un diagnostic sanitaire a été effectué au début de l'année. « Les arbres malades seront abattus et les arbres remarquables seront conservés », prévient-elle.

Déjà 30 000 jeunes arbres plantés

Par ailleurs, si des jeunes pousses d'aubépine ou encore de chèvrefeuille devraient progressivement se développer naturellement sur les zones concernées, pour favoriser la présence d'espèces animales, il est prévu d'aménager des petites structures faites de bois ou de branchages. On y attend, entre autres, le retour de hérissons, mantes religieuses, de petits rapaces comme les faucons crécerelles ou encore de passereaux.

Malgré tout, les élus locaux d'Europe Ecologie Les Verts dénoncent les nouvelles coupes. « La création de cette lisière étagée sur une largeur de 30 mètres prévoit l'abattage des arbres existants », déplore Keyne Richard, conseiller municipal EELV, qui estime que cette opération va « abaisser les capacités de stockage en carbone de la forêt ».

Ile-de-France Mobilités rappelle que pas moins de 30 000 jeunes arbres ont déjà été plantés dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye pour compenser les coupes effectuées dans le cadre du chantier. Cette campagne s'était déroulée dans le secteur de la Croix-Noailles, en bordure de la N 184 mais aussi aux abords du Camp des Loges, de la piscine ou encore du château du Val, soit sur une surface totale de 17 hectares. « Pour une zone d'un mètre carré coupé, en compensation il faut replanter quatre fois plus », indiquait alors Michel Béal, le directeur de l'ONF sur le secteur ouest de l'Ile-de-France.

La pose des rails est effectuée à 80 % et les premiers mâts pour les caténaires ont été installés. LP/Yves Fossey
La pose des rails est effectuée à 80 % et les premiers mâts pour les caténaires ont été installés. LP/Yves Fossey  
La mise en service reportée

Le chantier de réalisation de ligne du tram-train, entre la gare de Grande-Ceinture et celle du RER A à proximité du château, se poursuit mais il accuse du retard en raison de la crise sanitaire. Néanmoins, 80 % des rails sont posés et les premiers mâts pour les caténaires ont été installés. Ile-de-France Mobilités doit recevoir la toute première rame le 25 novembre prochain. Celle-ci sera assemblée au centre de maintenance des Matelots à Versailles.

« La date des essais sur la ligne n’est pas encore définie et la mise en service de la liaison prévue fin 2021 est reportée à 2022, explique Ana Lopez, la chargée de projet. Les chantiers ont été suspendus plusieurs semaines à cause de l’épidémie du Covid. » A terme, cette ligne sera raccordée au RER C au niveau de la gare de Saint-Cyr-l’Ecole.