Yvelines : l’usine Peugeot de Poissy va bientôt produire... une Opel Mokka

La nouvelle Opel Mokka vient d’être dévoilée avant son lancement l’an prochain. La production en série commencera fin décembre chez PSA.

 La voiture sera exposée dans les concessions de la marque en février prochain. Elle se déclinera en deux versions  : thermique et électrique.
La voiture sera exposée dans les concessions de la marque en février prochain. Elle se déclinera en deux versions : thermique et électrique. LP/Yves Fossey

Peugeot aura donc offert cette première à son usine de Poissy (Yvelines). Trois ans après le rachat de la marque Opel par le groupe PSA, le nouveau véhicule imaginé par la firme allemande, sera produit sur les chaînes de montage du site des Yvelines, avant d'être lancé à la commercialisation début 2021. La Mokka sera présente chez les concessionnaires en février prochain, mais a déjà été dévoilée à l'occasion d'une opération de communication organisée dans des locaux d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ce jeudi.

Déclinée en version thermique et surtout électrique

«C'est la cousine de la DS3 Crossback, fabriquée à Poissy», sourit Mathieu Pinard, le responsable Opel-France. Silhouette imposante aux allures arrondies et planche de bord numérique, elle s'inscrit aussi, sur le marché, dans le même créneau que le Nissan Juke ou encore la Renault Captur.

Ce véhicule est décliné en version thermique mais surtout électrique dont l'autonomie de la batterie est de 322 kilomètres, laquelle se recharge en trente minutes. Son prix de vente oscillera entre 21 300 et 36 100 euros. «Avec ce modèle, entièrement construit par PSA, nous visons le marché européen et notre ambition est également de reconquérir les pays d'Asie», confie Mathieu Pinard.

La batterie de l’Opel Mokka électrique a une autonomie de 322 kilomètres. LP/Yves Fossey
La batterie de l’Opel Mokka électrique a une autonomie de 322 kilomètres. LP/Yves Fossey  

Pour l'heure, la fabrication de la Mokka n'est pas encore lancée. La phase «test» est toujours en cours afin de valider l'ensemble des procédures de sécurité et de qualité. «Il est quand même déjà possible de passer commande pour une livraison qui aura lieu durant le premier trimestre de 2021, indique le responsable d'Opel-France. La production en série à l'usine de Poissy doit commencer en décembre.»

Les syndicats mi-figue, mi-raisin

Parmi les 3500 salariés du site PSA, certains saluent le lancement de cette nouvelle Opel. «Ce véhicule représente l'espoir et le choix du groupe de nous confier sa production est un moyen de démontrer notre savoir-faire», souligne Brahim Aït Athmane, le délégué FO.

D'autres sont plus perplexes, à l'image de Farid Borsali de la CGT. Ce dernier s'interroge surtout sur l'avenir du site. «On ne sait pas si la commercialisation du nouveau véhicule sera un succès, fait-il remarquer. Pour l'instant, l'usine tourne au ralenti avec une seule équipe par jour qui ne travaille que le matin.» Car le site ne produit désormais qu'un modèle contre deux il y a encore quelques jours. «Nous ne fabriquons que la DS3 Crossback, celle de la Peugeot 208 s'est arrêtée début octobre, la nouvelle version est assemblée à Trnava en Slovaquie, détaille-t-il. D'ailleurs, une grande partie des salariés subit actuellement une semaine de chômage partiel

La direction explique que le site se réorganise afin de préparer «une montée en puissance » de la production de la Mokka. Des modifications sont apportées au niveau des chaînes de montage. «On désinstalle les équipements dédiés à l'assemblage de la 208 pour installer ceux de l'Opel, explique-t-elle. Durant cette période 60% des salariés ne travaillent pas.»

Une équipe de nuit pourrait être mise en place

Les cadences vont s'accélérer en décembre pour répondre à la demande commerciale du véhicule allemand. «Une seconde équipe, voire une équipe de nuit, seront mises en place début 2021», assure la direction qui mise beaucoup sur ce nouveau modèle. «Il y a de grosses attentes, la Mokka devrait nous apporter d'importants volumes de production», espère-t-elle.

Afin de moderniser son usine de Poissy, le groupe a investi 153 millions d'euros entre 2015 et 2017. Une nouvelle plateforme modulable a été notamment installée dans le but de construire des modèles de plusieurs longueurs et plusieurs largeurs. Et en février 2019, lorsque le constructeur a porté son choix sur Poissy pour le véhicule allemand, Frédéric Przybylski, directeur de l'usine yvelinoise, parlait d'une «grande fierté» : «l'attribution d'un nouveau véhicule marque clairement la reconnaissance de l'amélioration de notre performance». L'Opel Mokka devrait assurer la pérennité du site au moins jusqu'en 2025.

La moitié du centre d’expertise vendue ?

Le groupe PSA va-t-il se séparer de l’un des bâtiments de son centre d’expertise, l’ex-pôle tertiaire, situé près de la gare de Poissy ? Cette rumeur circule parmi de nombreux salariés de l’entreprise. Le site abrite plusieurs services, notamment recherche et développement ou encore gestion-finances, ressources humaines et achats. Les effectifs ont bondi au cours des derniers mois avec l’arrivée de plusieurs milliers d’employés, dont beaucoup en provenance du siège parisien de l’avenue de la Grande-Armée.

Mais en raison de la crise sanitaire, 2000 des 6000 salariés sont passés au télétravail régulier, ce qui a vidé les bureaux. «La direction chercherait à réduire les charges fixes en se séparant du premier bâtiment à proximité de la gare RER qui a été inauguré en mars 2003», explique un syndicaliste. «Le groupe est locataire pour une durée de trente ans et l’idée de rompre le bail a été étudiée», confirme un autre.

Le sujet a même évoqué en réunion entre les partenaires sociaux et la direction, laquelle assure que «la vente du centre d’expertise n’est pas d’actualité».