Les Clayes-sous-Bois : dans la tour de 10 étages, le calvaire des locataires sans ascenseur continue

42 jours après la panne de leur appareil, les résidents de cet immeuble des Clayes-sous-Bois continuent inlassablement de monter à pied les étages

 Les Clayes-sous-Bois, mercredi 9 septembre. Les locataires, ici devant la tour 6, s’estiment méprisés par leur bailleur
Les Clayes-sous-Bois, mercredi 9 septembre. Les locataires, ici devant la tour 6, s’estiment méprisés par leur bailleur LP/L.M.

C'est l'incompréhension. Depuis le 17 août, les locataires de la tour 6 du quartier de l'Avre aux Clayes-sous-Bois demeurent privés d'ascenseur. Pas facile lorsque l'on doit monter à pied ses courses, parfois jusqu'au dixième étage.

Après avoir alerté l'opinion à la mi-septembre, ces habitants excédés ont décidé de lancer une pétition, signée par 41 des 48 appartements de la tour, le rez-de-chaussée et le premier étage étant non sollicités.

Une personne âgée n'est pas sortie depuis le mois d'août

« Lorsque nous expliquons la pénibilité, les douleurs, les difficultés, les crises d'asthme. On a pour réponse : je vous comprends ! Non, vous ne comprenez pas, vous n'endurez pas cela au quotidien ! », s'exclament-ils dans ce courrier qu'ils s'apprêtent à adresser à leur bailleur, Logirep.

« Nous en avons ras le bol. L'ascensoriste nous a dit récemment qu'il faudrait attendre au moins fin octobre pour que tout revienne dans l'ordre, une fois toutes les pièces nécessaires à la réparation obtenues », lâche un des locataires excédés qui habite au sommet de la tour. Selon sa compagne, la situation est telle qu'une dame âgée, résidant sur le même palier qu'elle, au 10e étage, n'est pas sortie de chez elle depuis début août.

Un courrier du bailleur, placardé dans le hall peu avant la mi-septembre, confirme des délais de réparation qui traînent. Il évoque le fait que tous les devis ont été « validés » auprès du prestataire et que la réparation, effectuée par l'ascensoriste AMR, démarrera le 12 octobre. « Deux étages, le rez-de-chaussée et le 7e, où les portes ont été cassées, seront remis en service un peu plus tard », précise-t-on chez Logirep. Le bailleur spécifie aussi avoir été victime d'actes de « vandalisme » entraînant la condamnation de ladite porte du rez-de-chaussée. Il affirme avoir déposé deux plaintes contre X à ce sujet.

«Ce site n'est pas laissé à l'abandon» assure le bailleur

Par ailleurs, l'amplitude horaire d'aide apportée au portage des courses, via un agent à disposition des locataires, est augmentée de deux heures chaque jour : de 11 heures à 13 heures et de 17 heures à 19 heures, du lundi au samedi inclus.

« Ce site n'est pas laissé à l'abandon. Bien au contraire, nous y investissons », confie Pierre Lebouc, directeur de la Maintenance, Réhabilitation et Renouvellement du parc de Logirep. Ce dernier donne pour exemple l'enveloppe de 5 millions d'euros consacrée en ce moment aux travaux de ravalement et d'isolation par l'extérieur de la tour. Il promet aussi, d'ici 2 ou 3 ans, d'autres travaux pour les parties communes et les logements eux-mêmes.