Yvelines : ce samedi, nouvelle vente de patates à prix coûtant !

Un producteur de pommes de terre brade une nouvelle fois sa production en conséquence du confinement, ce samedi à Verneuil-sur-Seine. Un moyen de sauver l’activité familiale, mais aussi une initiative solidaire pour ceux touchés par la crise sanitaire.

 Triel-sur-Seine, 8 janvier. La famille Demassiet organise régulièrement des ventes de ce type dans les Yvelines.
Triel-sur-Seine, 8 janvier. La famille Demassiet organise régulièrement des ventes de ce type dans les Yvelines. LP/Mehdi Gherdane

Seulement 33 centimes le kilo ! Même à ce prix-là, ces pommes de terre « idéales pour les frites, en purée ou au four ». C'est une véritable opération de « déstockage » à laquelle se prête ce samedi Jérémy Demassiet. L'agriculteur compte vendre sa récolte d'octobre-novembre sur la place Mendès-France, à Verneuil-sur-Seine.

Dès 8h30, il espère écouler en « drive » 10 à 12 tonnes de la production familiale, située dans le Nord. Soit à peine « une benne de pommes de terre, ou même la moitié » des mille tonnes entreposées actuellement dans ses hangars. Une telle vente est pour lui un des derniers moyens de sauver ses pommes de terre; « Au moins, on pourra se dire que nous avons tout fait. »

À chaque vente, c'est « un carton »

Depuis le premier confinement, la crise sanitaire et la fermeture des restaurants - sa principale source de revenus - contraignent ce fils d'agriculteurs à stocker sa production, périssable. Alors, il a réagi : depuis mai 2020, plus d'une vingtaine de ventes à prix coûtant ont été organisées dans les Yvelines par cet habitant de Bois d'Arcy.

LP/M.G.
LP/M.G.  

Même s'il évoque « une prise de risque à chaque camion », la vente n'étant pas sûre d'être toujours profitable, il déclare : « Nous avons tellement de retours des gens. Ceux qui ont goûté nos pommes de terre nous écrivent sur les réseaux : revenez ! Les mairies sont aussi de bonne volonté, et nous contactent parfois elles-mêmes. Ce soutien nous motive, mes parents et moi. » Par exemple, la vente à Limay du 9 janvier « a été un carton ». « On a vidé le camion ! » précise-t-il, soit 28 tonnes de pomme de terre vendues.

La crise frappe les agriculteurs… et les clients

Mais s'il le fait pour sauver sa récolte, sa démarche est aussi solidaire. La crise économique frappe aussi ses clients. « C'est ça qui fait le plus mal : devoir jeter notre récolte, pendant que les gens ont faim. Une fois, un monsieur s'est mis à pleurer alors que je chargeais son coffre. Il m'a dit : Grâce à vous je pourrai manger jusqu'à la fin du mois. » C'est une détresse qu'il avoue plus ressentir depuis le deuxième confinement.

« Il y en aura pour tout le monde ! » conclut-il. Et d'annoncer ses prochaines opérations dans le département : Trappes le 4 mars, Triel-sur-Seine le 6 mars, Les Mureaux le 12 mars, Maurepas et Limay le 13 mars… Le camion de Jérémy sillonnera les routes des Yvelines jusqu'au mois de juin.

Ce samedi 13 février, dès 8h30, place Mendès-France, à Verneuil-sur-Seine.