Yvelines : à Versailles, le street art rend le quartier populaire touristique

Ce samedi, les touristes seront guidés vers le quartier populaire Bernard-de-Jussieu où des fresques géantes viennent d’être implantées.

 Versailles, mercredi 30 septembre. Les dix fresques géantes ont été peintes sur les pignons des immeubles.
Versailles, mercredi 30 septembre. Les dix fresques géantes ont été peintes sur les pignons des immeubles. LP/L.M.

À Versailles, il n'y a pas que le château et l'Ancien Régime. Signature du XXIe siècle, l'art de rue, ou « street art » dans la langue de Shakespeare, est en train de se faire une place dans la cité royale.

Des fresques imaginées par le collectif Quai 36

Ainsi, l'Office du Tourisme lance ce samedi une nouvelle promenade guidée qui lui est consacrée. Fait nouveau : celle-ci, baptisée « street art et nature », va conduire les touristes dans le quartier populaire et excentré de Bernard de Jussieu où 10 fresques géantes viennent d'être peintes par des artistes contemporains sous la houlette du collectif Quai 36. Ce dernier est, par ailleurs, à l'origine de l'exposition d'art urbain, « Réenchantez la ville », qui se tient à l'ancienne Poste Centrale jusqu'à ce dimanche.

La ville a lancé une application afin de découvrir 150 œuvres de street art disséminées un peu partout.
La ville a lancé une application afin de découvrir 150 œuvres de street art disséminées un peu partout.  

Cette nouvelle balade commentée d'1 h 30 va s'ajouter à celle, plus ancienne dite du « street art à Versailles » qui s'attache, elle, à montrer des œuvres en centre-ville comme les trompe-l'œil, les poteaux décorés ou les célèbres œuvres du mosaïste Invader.

À terme, l'Office du tourisme aimerait bien marier ces deux visites en une seule. « Nous allons rôder celle de Jussieu puis voir s'il est possible de les mixer. Ce quartier est un peu à part et mérite une découverte. Si les fresques n'étaient pas là, il est probable que l'on ne penserait pas à y conduire les touristes », estime Thierry Duguet, son président.

Un « musée à ciel ouvert »

Par ailleurs, la ville vient de lancer une application numérique, disponible sur Apple et Android et qui recense près de 150 œuvres de ce type. Elle offre un parcours urbain à travers leur découverte et aucun secteur de la commune n'est oublié, du marché Notre-Dame à l'ancienne Poste en passant aussi par Saint-Louis ou Porchefontaine. L'école d'art Jean Sablé, celle de l'art mural de Versailles, les œuvres des artistes Catherine Feff, Emmanuel Braudeau, Invader, du CyKlop et, donc, les fameuses fresques de Bernard-de-Jussieu sont au menu.

Certaines des fresques effraient les habitants comme cette femme au regard « déprimant », dixit l’un d’entre eux.
Certaines des fresques effraient les habitants comme cette femme au regard « déprimant », dixit l’un d’entre eux.  

« C'est un travail d'esthétique urbain commencé il y a 12 ans, la ville est très riche de ce point de vue, se réjouit le maire (DVD) François de Mazières. Chaque lieu a sa spécificité, les quartiers historiques du centre-ville comme ceux plus populaires et excentrés. Les œuvres s'adaptent aux circonstances. À Jussieu, c'était une occasion exceptionnelle de créer un musée à ciel ouvert et d'apporter la création dans le quotidien des gens. »

Deux nouvelles balades ajoutées au programme

Qu'en pensent justement les habitants ? « Ces fresques sont très belles, c'est un peu comme si on mettait un tableau sur un mur blanc dans un appartement », lance Moussa qui estime « bien de montrer une autre idée de Versailles » en organisant ces visites sur place. « J'ai déjà vu des gens que je ne connaissais pas en train de prendre des photos », note un adolescent qui passe du côté du stade en synthétique.

Quai 36 a permis à 10 artistes de peindre des fresques sur les murs.
Quai 36 a permis à 10 artistes de peindre des fresques sur les murs.  

Devant le Relais de Constantinople, le kebab le plus connu du quartier, quelques quadras discutent. « Elles sont pas mal les fresques », confie Amine qui dit avoir pu « discuter avec les artistes » lesquels « ont demandé notre avis ». Plus loin, Kamel trouve les décors muraux « jolis » à part ce grand portrait de femme, face à ses fenêtres, qu'il juge « déprimant ». « En tout cas, je doute que ces œuvres attirent des gens ici » car le quartier « vit trop à part » de la ville, selon lui. Un avis clairement mis à mal par une curiosité croissante pour ces œuvres, puisque l'Office de tourisme dit avoir « enregistré de nombreuses réservations cette semaine » et a ajouté deux nouvelles balades les 14 novembre et 12 décembre.

Ce samedi à partir de 15 heures. Tarif de 6 à 11 euros. Réservations : 01.39.24.88.88 ou sur le site versailles-tourisme.com.