Yvelines : un bus réduit en cendres après une embuscade

Un bus RATP de la ligne 272 a été incendié en pleine soirée d’Halloween à Sartrouville par deux hommes munis de bidons d’essence.

 Sartrouville. Un bus de la ligne 272 a été incendié au niveau de l’arrêt « Romain Rolland », dans la cité des Indes.
Sartrouville. Un bus de la ligne 272 a été incendié au niveau de l’arrêt « Romain Rolland », dans la cité des Indes. DR

« Scandaleux », « honteux », « horrible ». L'effroi a gagné les habitants de Sartrouville dimanche, au lendemain de l'incendie volontaire d'un bus de voyageurs.

Vers 23 heures samedi, deux hommes équipés de bidons d'essence ont dirigé une véritable embuscade à l'encontre d'un bus de la ligne 272. Les faits se sont déroulés au niveau de l'arrêt Romain-Rolland, dans la cité des Indes. Les deux individus ont d'abord fait sortir le chauffeur du véhicule avant d'y mettre le feu. Aucun blessé n'est à déplorer. Cet incident s'ajouter aux nombreuses tensions qui ont éclaté dans le département dans la nuit de samedi à dimanche.

Gérée par la RATP, cette ligne emprunte un parcours allant de la gare de Sartrouville à la gare d'Argenteuil (Val-d'Oise). « Notre agent, relevé de service, a été pris en charge par un encadrant et par l'astreinte », indique-t-on à la RATP.

L'indignation des habitants

Les réactions n'ont pas manqué de se multiplier face à cet acte décrit comme « insupportable ». « En attendant, ils vont sûrement stopper la ligne 272 pendant quelque temps, c'est bien, ça va être super pratique pour ceux qui bossent, peste une habitante de Sartrouville. Déjà que la SNCF et la RATP réduisent le trafic à partir de lundi, à cause du confinement, si en plus, le 272 est à l'arrêt, ou qu'il y a des arrêts non desservis, ça va être une galère pas possible ».

Du côté des transporteurs, la colère est aussi de mise. « On ne sait pas vraiment si c'est le fait du confinement ou de la nuit d'Halloween, indique un conducteur de bus. Mais de manière générale, on constate de plus en plus d'agressions barbares à l'encontre des chauffeurs et des usagers et notamment des règlements de compte. » Il y a dix jours déjà, deux bus avaient été la cible d'un guet-apens à Poissy.