Qui est Didier Lemaire, ce prof de Trappes sous protection après ses propos sur la mouvance islamiste ?

Didier Lemaire, professeur de philosophie au lycée La Plaine-de-Neauphle, à Trappes, est la cible des menaces pour ses prises de position sur l’emprise de la mouvance islamiste dans cette commune des Yvelines.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Invité sur plusieurs plateaux télévisés, Didier Lemaire a notamment expliqué sur LCI dimanche matin son quotidien au lycée La Plaine-de-Neauphle, à Trappes.
Invité sur plusieurs plateaux télévisés, Didier Lemaire a notamment expliqué sur LCI dimanche matin son quotidien au lycée La Plaine-de-Neauphle, à Trappes.  DR

Il est celui dont tout le monde parle. Depuis vendredi dernier, un enseignant de Trappes (Yvelines) est devenu une personnalité médiatique incontournable. Didier Lemaire, professeur de philosophie au lycée de la Plaine-de-Neauphle, serait la cible de menaces islamistes.

Un article du magazine Le Point de vendredi révélait que l'enseignant était « sous escorte policière » pour des propos controversés sur l'emprise de la mouvance islamiste dans cette commune populaire des Yvelines. Après cet article, le prof a été invité sur de nombreux plateaux télés et radios pour évoquer son quotidien et celui de cette ville : BFM, CNews, LCI, Sud Radio…

Un engagement philosophique… et politique

Enseignant depuis une vingtaine d'années à Trappes, l'homme n'en est pourtant pas à son coup d'essai. Le 1 er novembre, il avait notamment écrit une tribune appelant « à la résistance face à la menace islamiste » dans Le Nouvel Obs après l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty, le 16 octobre 2020, à Conflans-Sainte-Honorine.

Il a également collaboré au site Internet Causeur.fr. En mars 2018, enfin, il écrivait une lettre à Emmanuel Macron dans laquelle il se disait préoccupé face à « l'absence de stratégie claire du gouvernement pour lutter contre les causes de l'islamisme politique ».

Celui qui est aussi secrétaire général du Parti républicain solidariste fait aussi preuve d'approximations. Interrogé il y a quelques jours par une équipe de télévision néerlandaise, il avait évoqué l'absence de « coiffeurs mixtes » à Trappes.

Complètement faux, selon une professionnelle rencontrée ce lundi : « Ici, ça a toujours été mixte, des musulmans, des chrétiens, des hommes, des femmes, assure Yamina, la gérante du salon Intermède situé… à deux pas du lycée. Ce qu'il dit est faux. Je ne comprends pas l'intérêt de polémiquer comme ça ».

«Il se sentait menacé depuis plusieurs semaines»

Jusqu'à présent, ces sorties médiatiques n'avaient pas déclenché d'alerte rouge du côté des services de police. Mais après la diffusion d'un reportage aux Pays-Bas, Didier Lemaire a été la cible de menaces. Une surveillance policière a alors été formellement mise en place. Pas de garde du corps mais une présence discrète.

« Il se sentait menacé depuis plusieurs semaines. Et vu le contexte lié à la mort de Samuel Paty, il n'est pas question de prendre de risque. Que la menace soit réelle, amplifiée ou subjective », dit poliment une autre source.

Newsletter L'essentiel du 78
Un tour de l'actualité des Yvelines et de l'IDF
Toutes les newsletters

Ce lundi matin, après le marathon médiatique de Didier Lemaire, plusieurs voitures de police étaient effectivement visibles aux abords de l'établissement. Dans le même temps, une enquête a été ouverte il y a quelques jours pour essayer de retrouver les auteurs des menaces. Elle a été confiée à la police judiciaire de Versailles. Car la situation de Trappes n'est pas prise à la légère.

La ville sous la vigilance des services de l'Etat

Cette commune de 32 000 habitants est suivie de près par les services du ministère de l'Intérieur. La direction générale des services intérieurs disposait, il y a une dizaine d'années, d'un dossier spécialement consacré à cette ville d'où les départs vers la Syrie de Daech ont été nombreux.

Le communautarisme y est bien installé selon les deux journalistes du Monde, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, qui ont publié le livre « La Communauté » sorti en 2018 aux éditions Albin Michel.

En plus de la vigilance autour de Didier Lemaire, les policiers vont avoir une nouvelle occasion d'y exercer. Ils devront en effet redoubler de vigilance autour du maire (Generation.s) de Trappes, Ali Rabeh. Remonté contre les accusations du professeur, l'élu a porté plainte en diffamation et dénoncé la « vaste escroquerie » menée par l'enseignant. De quoi se mettre à dos, certains mouvements identitaires et islamophobes.

Sollicité par Le Parisien, Didier Lemaire ne s'est pas exprimé.