Pesticides, bien-être animal… Des agriculteurs vous appellent pour répondre aux idées reçues

Le collectif Ici la terre, né dans les Yvelines, lance une plate-forme, en complément d’un numéro vert, pour créer un lien entre consommateurs et producteurs. Et faire de la pédagogie autour d’une profession parfois décriée.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Avec l’opération «Un agriculteur dans votre répertoire téléphonique», vous pouvez poser vos questions en ligne. Un exploitant vous rappelle ensuite, selon ses disponibilités.
Avec l’opération «Un agriculteur dans votre répertoire téléphonique», vous pouvez poser vos questions en ligne. Un exploitant vous rappelle ensuite, selon ses disponibilités. LP/Mickaël Sizine

« Ce n'est pas évident de parler à des inconnus. Notre métier c'est agriculteur, pas communicant », confie Damien. Ce céréalier et maraîcher de Houdan (Yvelines) participe pourtant à l'opération « Un agriculteur dans votre répertoire téléphonique ». Organisée par le collectif Ici la terre, celle-ci « est le prolongement du numéro vert mis en place depuis un an » pour faire de la pédagogie autour du métier et lutter contre l'« agribashing ».

Depuis ce mardi, il peut rappeler les consommateurs ayant laissé leurs coordonnées sur le site Internet du collectif, afin de répondre à leurs questions et interrogations sur sa profession. Et par la suite rester en contact avec eux pour toute autre demande.

Cette initiative trouve un écho particulier en 2021. Alors que la crise sanitaire touche durement la profession, et que le Salon de l'agriculture a été annulé, Damien remarque davantage de méfiance chez le consommateur.

Mais aussi chez les habitants voisins des exploitations agricoles, la question des épandages ayant suscité beaucoup de réactions dans certaines communes. « Quand je sors le tracteur pour diffuser des produits phytosanitaires, les gens croient que je suis un pollueur, souligne-t-il. Mais ils ne savent pas pourquoi on le fait. J'étais arrivé au point d'avoir une boule au ventre. »

En 900 appels et 83 heures de conversation téléphonique enregistrées en 2020 par le collectif, la question des produits phytosanitaires est effectivement le thème qui revient le plus souvent, avec celle du bien-être animal.

«C'est normal que vous vous posiez des questions»

« Dernièrement, une personne a appelé notre numéro vert en demandant si ce que faisait son voisin agriculteur sur son exploitation était réglementaire. Elle disait le surveiller », s'étonne Olivier Coupery, céréalier et gérant d'une pension de chevaux à Montfort-l'Amaury, qui est aussi le cofondateur d'Ici la terre, avec Jérôme Regnault, agriculteur de Plaisir, et Fanny Boschung, productrice laitière à Rosay.

« Quand on est agriculteur, on touche à votre santé et à votre environnement, c'est normal que vous vous posiez des questions, ajoute Jérôme. Le consommateur doit s'approprier notre réalité. »

130 volontaires joignables grâce au numéro vert

L'extension du numéro d'appel permettra à Damien de répondre de manière personnalisée, mais aussi plus facilement, en tenant compte de son emploi du temps souvent chargé : « Cela nous permet de rappeler les gens quand un imprévu ne nous permet pas de répondre, et de nous rendre ainsi plus disponibles. »

Newsletter L'essentiel du 78
Un tour de l'actualité des Yvelines et de l'IDF
Toutes les newsletters

Pour l'heure, le collectif Ici la terre regroupe environ 130 agriculteurs (engagés dans le numéro vert), dont une dizaine s'engage à rappeler les consommateurs dans le cadre de cette nouvelle formule. Un tiers d'entre eux sont installés dans les Yvelines, où cette initiative est née, et le reste est concentré dans la moitié nord de la France, notamment de la Normandie à la Champagne. L'idée est évidemment de porter cette initiative dans toute la France.

Pour Jérôme Regnault, alors que les initiatives se multiplient dans le monde agricole pour rebondir face à la crise, comme la vente directe ou itinérante, « il est nécessaire de recréer un lien sincère et direct entre français et producteurs ».