«Lamentable» ou «100 % d’accord» : la Manif pour tous divise toujours plus à Versailles

La Manif pour tous a rassemblé, ce dimanche devant le château, un millier de participants contre le projet de loi bioéthique. Nous avons laissé la parole aux passants. Et les voix discordent complètement.

 Versailles, ce dimanche 31 janvier 2021. Sur la place d’Armes à Versailles, la Manif pour tous a rassemblé plus d’un millier de personnes. Derrière les barrières, les passants apprécient ou s’exaspèrent.
Versailles, ce dimanche 31 janvier 2021. Sur la place d’Armes à Versailles, la Manif pour tous a rassemblé plus d’un millier de personnes. Derrière les barrières, les passants apprécient ou s’exaspèrent.  LP/Théo Troude

Un immense baigneur floqué d'euros, des enceintes poussées à leurs limites pour plus d'un millier de personnes réunies sur la place d'Armes… La Manif pour tous a une nouvelle fois rencontré un réel succès, ce dimanche à Versailles. Pourtant, la pluie s'est invitée à ce rendez-vous labellisé « Marchons Enfants ! » (qui regroupe notamment la Manif pour tous et Alliance Vita), contre le projet de loi bioéthique, présenté en seconde lecture au Sénat du 2 au 4 février. Loin des chants, nous sommes restés à l'extérieur des barrières, proches de passants tantôt admiratifs, tantôt médusés.

Des avis divergents

« J'ai 9 enfants, et 41 petits-enfants, je comprends les manifestants, lâche Denis, 71 ans, un Versaillais de longue date. « Je suis pour que ça continue », martèle ce retraité. « Je suis complètement contre », rétorque Évelyne, 72 ans, quelques mètres plus loin. Je suis même étonnée qu'il y ait autant de monde pour manifester contre ça à notre époque. »

Jean-Claude, 86 ans, lui répond en quelques mots : « Je suis pour, l'avortement est un crime ! » « C'est lamentable, peste Loïc, un étudiant de 19 ans. Les arguments de ces personnes sont infondés, elles grossissent tout. » À ses côtés, Émeline, 20 ans, va plus loin. « Le Sénat va voter ce projet de loi et je suis complètement d'accord avec cette idée. »

LIRE AUSSI > Les anti-PMA manifestent à La Défense

Au cœur du conflit, la reconnaissance de la filiation des enfants nés de la gestation pour autrui (GPA) à l'étranger ou l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes.

«Ils veulent protéger les fondements de la famille»

À Versailles, les rassemblements sont si fréquents qu'une question a émergé : entachent-ils l'image de la ville ? « Ça dépend de la position de chacun, estime Cyrille, 36 ans. Moi, je rejoins les manifestants sur le fond. Certains considèrent ça comme un mouvement nationaliste voire d'extrême droite. C'est mal comprendre le problème. Ce qu'il faut voir, c'est qu'ils veulent protéger les fondements de la famille et les valeurs traditionnelles. Les repères de notre société s'échappent aujourd'hui. »

Émeline et Loïc expriment pourtant, en cœur, un point de vue opposé : « Ces manifestations donnent clairement une mauvaise image de Versailles. Le souci, c'est qu'on est dans une ville très chrétienne et très riche. Mais il faut vivre avec son temps. » « Ça ne change rien à l'image de la ville, lance Bernard, 56 ans. Je ne suis pas d'accord avec les manifestants mais je suis pour qu'on manifeste. C'est un droit. »

«C'est le désenchantement, c'est affligeant»

Plus loin, des promeneurs, venus d'Île-de-France pour admirer Versailles sont atterrés. « Je n'ai pas les mots, s'attriste Lison, 26 ans. En plus, que ce soit devant le château de Versailles… Je ne le cautionne pas. » Même sentiment pour Baptiste et Nisrine, 19 ans, un couple ayant fait la route spécialement « pour refaire une photo d'il y a quelques années. Quand on arrive et qu'on tombe là-dessus, c'est le désenchantement, c'est affligeant. On a des clichés sur les Versaillais… Ça les renforce, avec ce côté conservateur. Versailles, c'est la ville de la culture. Et dans ces moments-là, c'est tout l'inverse. »