Dans les Yvelines, le CBD ou «cannabis légal» s’est fait sa place

Deux mois après la décision de justice européenne jugeant illégale son interdiction en France, la commercialisation du CBD est décomplexée. Ce qui fait les affaires des commerçants à l’écoute de cette tendance, comme à Poissy et à Saint-Germain-en-Laye.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Saint-Germain-en-Laye, le 19 janvier. Leng Ong, gérant du Narval, propose différentes gammes à base de cannabidiol, ou CBD, la fameuse molécule non psychoactive issue du cannabis.
Saint-Germain-en-Laye, le 19 janvier. Leng Ong, gérant du Narval, propose différentes gammes à base de cannabidiol, ou CBD, la fameuse molécule non psychoactive issue du cannabis. LP/Timothée Talbi

Au milieu des plantes, éclairé par une lumière tamisée verte, Anthony, le responsable de Mister Flower, à Poissy, est plutôt satisfait de sa reconversion dans le CBD, ces produits à base de cannabidiol, la fameuse molécule non psychoactive issue du cannabis.

« Avant je travaillais chez Nike, sourit derrière son guichet cet homme de 35 ans, qui a changé de vie en décembre dernier. C'est une reconversion totale. J'ai été attiré par la vente de CBD parce que c'est un marché en évolution. Je l'ai senti parce qu'on voit de plus en plus de points de vente. »

Difficile, en effet, de manquer la devanture de son magasin, et cette mention : « CBD Store ». « En tant que fumeur, j'ai commencé à me poser des questions. J'ai compris que la France, au sujet du cannabis, était très en retard sur certains pays, que ce soit en Europe ou ailleurs. Donc j'ai décidé de me lancer. »

À rouler, en infusion, en produits dérivés pour le corps ou en compléments alimentaires, le CBD est décliné sous toutes ses formes. « La drôle », « la joyeuse » ou « l'aphrodisiaque » : Anthony leur a même donné des petits noms. Autant d'aspects qui attirent les clients.

« Des gens viennent d'autres départements »

À la recherche d'un substitut sain aux joints, Damien, 35 ans, pousse la porte du magasin. « Comment j'en ai entendu parler ? Sur Internet et Snapchat, plein de choses circulent. C'est la première fois que j'en achète, c'est juste pour découvrir ce que ça fait. On verra bien ! »

Poissy.LP/T.T.
Poissy.LP/T.T.  

On devine un large sourire sous le masque d'Anthony. Son travail de pédagogie a fonctionné. « Les gens sont très curieux, donc on leur explique en détail et ça marche. C'est justement cette curiosité qui permet de passer l'étape du test. »

« Il y a de plus en plus de gens qui consomment du CBD », confirme Damien. Le vendeur acquiesce. « Il y a des clients de tous âges, qui viennent des Yvelines et même d'autres départements. C'est un potentiel Eldorado. Je suis vraiment optimiste. » Le CBD a l'avantage de rapporter gros : « On propose des paquets de 3 grammes, en moyenne à 27 euros. C'est un budget conséquent. » Certains produits s'arrachent même jusqu'à 54 euros. Mais pas de quoi freiner Damien, prêt à revenir s'il « ressent des choses. »

Inspiré du succès des premières boutiques à Paris

A Saint-Germain-en-Laye, sur la place du marché, la devanture du bureau de tabac Le Narval est moins ostentatoire mais dessus, ce n'est pas le gain du prochain Loto qui attire l'œil, ais bien le CBD.

Newsletter L'essentiel du 78
Un tour de l'actualité des Yvelines et de l'IDF
Toutes les newsletters

« Je me suis intéressé au CBD il y a deux ans avec les premières boutiques à Paris qui généraient des centaines de mètres de queue à l'extérieur, se souvient le gérant, Leng, qui propose ces produits depuis un mois. Il y a six mois, j'ai commencé à aménager un espace pour anticiper une éventuelle décision de justice favorable qui lèverait le flou juridique sur la vente de CBD en France. »

Saint-Germain-en-Laye.LP/T.T.
Saint-Germain-en-Laye.LP/T.T.  

Cette décision de justice favorable est survenue courant novembre lorsque la Cour de justice de l'Union européenne a jugé illégale cette interdiction dans l'Hexagone de commercialiser du cannabidiol. Désormais, Leng enregistre une quarantaine de clients quotidiens grâce à son stand dédié au CBD (voir photo).

Les clients y trouvent des vertus apaisantes

Âgés en moyenne de 25 à 50 ans, les clients de Leng espèrent résoudre des problèmes de sommeil ou de stress, voire des douleurs physiques. C'est le cas de Karine, qui consomme du cannabidiol sous forme de boisson pétillante en vue de lutter contre ses insomnies.

« Je suis sous traitements médicamenteux depuis vingt-cinq ans, prévient-elle. Même si le CBD ne règle pas complètement le problème, je me réveille moins fatiguée quand j'en ai pris la veille et surtout, cela me permet de réduire les doses de somnifères. »

Au comptoir du Narval, Martial reçoit des conseils du vendeur pour extraire le cannabidiol de la fleur de CBD : il doit la mettre 20 minutes en ébullition dans un corps gras. « J'ai un boulot assez difficile car je manipule 3 à 6 tonnes de palettes par jour donc j'ai le dos en compote, évoque le magasinier. Je prends du CBD occasionnellement quand j'ai trop de douleurs, ça me procure une détente musculaire. »

« C'est comme la bière sans alcool »

« Je trouve le prix exorbitant, c'est aussi cher que le cannabis mais on ne sent pas grand-chose : c'est comme la bière sans alcool ! » Sébastien fait partie des consommateurs sceptiques vis-à-vis du CBD. En effet, certains produits peuvent induire un coût élevé comme certaines huiles sublinguales (à laisser fondre sous la langue) dont le prix peut grimper à 80 euros ou une tablette de chocolat vendue 19 euros.

L'offre de Leng repose sur deux gros fournisseurs, l'un breton et l'autre autrichien, et est amenée à s'élargir prochainement. « On a commencé par les huiles et les fleurs qui sont les deux grandes familles de produits CBD mais on va bientôt proposer une gamme cosmétique et même une pommade pour les sportifs », explique celui qui échange régulièrement avec des kinésithérapeutes au sujet du cannabidiol.

Dernière nouveauté en date sur le stand CBD du Narval : des huiles à base de saumon pour chiens et chats. « Il y a un gros marché sur les animaux car les propriétaires sont prêts à consentir un budget important pour leur bien-être, estime Leng. En revanche, comme ils sont plus sensibles que les humains, le taux de THC est à 0 % pour ces produits. »