Dans les Yvelines, il y aura près de 800 lycéens de plus en 2030

Selon les projections de la région, ils seront surtout localisés dans les secteurs de Poissy et de Conflans-Sainte-Honorine.

 Saint-Germain-en-Laye (illustration). Dans les Yvelines, la hausse de la démographie scolaire n’inquiète pas, les établissements n’étant pas en suroccupation dans les secteurs concernés.
Saint-Germain-en-Laye (illustration). Dans les Yvelines, la hausse de la démographie scolaire n’inquiète pas, les établissements n’étant pas en suroccupation dans les secteurs concernés. LP/Olivier Lejeune

Pas de grand boum annoncé, mais tout de même. Dans ses projections sur la démographie scolaire, la région s'attend à accueillir 800 élèves de plus dans les lycées des Yvelines d'ici à 2030, sur les 30 600 estimés sur l'ensemble de l'Ile-de-France. C'est bien moins que dans d'autres départements de grande couronne, comme le Val-d'Oise voisin, où 2 400 places doivent être créées.

Ces 800 lycéens supplémentaires seraient répartis principalement dans le secteur de Poissy et de Conflans-Sainte-Honorine, où la région estime qu'il faudra surtout réfléchir à des extensions de lycées existants. Pour les élus locaux, il est encore trop tôt pour se prononcer, comme le concède le maire (DVD) de Conflans-Sainte-Honorine, Laurent Brosse. Lequel dit ne pas avoir suffisamment d'éléments à ce stade.

Avant les lycées en 2030, les collèges en 2026

Du côté du conseil départemental des Yvelines, on se prépare néanmoins à l'accueil de davantage de collégiens, dans le même ordre de grandeur, d'ici à 2026. Quinze collèges du département seront d'ailleurs reconstruits, pour une enveloppe de 525 millions d'euros.

Mais là encore, il n'y a pas péril en la demeure. « Ils sont occupés à 84 % en moyenne, rassure le conseil départemental », qui a recensé dans les Yvelines plus de 65 000 élèves de la 6e à la 3e.

La collectivité estime aussi que « les effectifs progressent modérément », avec 740 collégiens de plus entre 2019 et 2021, soit 1 % de hausse… D'ici à 2025, il pourrait y avoir jusqu'à 66 500 collégiens et les établissements « seraient alors, en moyenne, occupés à 85 % ».