Bientôt des trottinettes électriques à Saint-Quentin-en-Yvelines, une bonne idée ?

Environ 1 000 engins devraient être déployés au printemps dans les 12 communes de l’agglomération, par l’opérateur Tier Mobility. De quoi susciter l’impatience des habitants… et quelques craintes.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Paris, lundi 14 janvier 2019.Circulation et mobilités urbaines. Trotinettes, vélos, giropod, scooters, scooters électriques, motos.
Paris, lundi 14 janvier 2019.Circulation et mobilités urbaines. Trotinettes, vélos, giropod, scooters, scooters électriques, motos. LP/Olivier Arandel

« C'est génial, une super idée! Mais c'est gratuit? » Marchant en direction de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines, un groupe de lycéens s'enthousiasme en apprenant la nouvelle : les trottinettes électriques en libre-service seront bientôt essaimées dans les 12 communes de l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. « C'est bien, on la prendrait pour aller au lycée ou au McDo au lieu de faire 15 minutes à pied », s'imaginent déjà Wissem et Paul.

Les salariés d'entreprises semblent également apprécier l'idée. « C'est vrai que ce serait pratique d'en avoir à proximité des gares pour aller en centre-ville », lance un adepte de la voiture, même pour des courts trajets. Cette tendance à prendre le volant pour des déplacements brefs, c'est justement l'une des motivations de la communauté d'agglomération, qui est à l'initiative de ce projet.

En complément des transports en commun

« Cette expérimentation est la première réalisée en milieu périurbain, indique Jean-Baptiste Hamonic, vice-président délégué aux mobilités. Si nous y allons, c'est parce que nous estimons que c'est le bon moment. Ce n'était pas le cas avant la loi d'orientation des mobilités promulguée en 2019 qui réglemente aujourd'hui les micromobilités. »

La trottinette électrique est surtout pratique pour effectuer les premiers et derniers kilomètres d'un parcours en train ou en bus. « Évidemment, nous ciblons en priorité un public de jeunes actifs et d'étudiants », précise l'élu. Parmi les offres que l'intercommunalité a reçues pour ce marché, c'est le leader français dans le domaine qui rafle le contrat : Tier Mobility.

Jusqu'à 2 500 trottinettes selon la demande

« Notre ambition est d'ouvrir le service au printemps, annonce Sylvain Martin, directeur des relations villes pour Tier. Nous devons faire un travail d'analyse des stationnements et des voiries pour l'implantation de nos stations. »

L'entreprise prévoit de doter Saint-Quentin-en-Yvelines de 1 000 trottinettes pour commencer, avec un déploiement en deux phases, et vise jusqu'à 2 500 si la demande est forte. Celles-ci seront réparties dans 550 stations installées à moins de 500 mètres de distance les unes des autres, pour y stationner et y recharger les engins.

DR/Tier Mobility
DR/Tier Mobility  

De quoi ravir les usagers de la route qui y voient une alternative aux embouteillages. « Aux heures de pointe, le trafic peut être vraiment dense, assure Sophie, qui traverse Montigny-le-Bretonneux en voiture tous les jours. Peut-être que les gens choisiront la trottinette pour éviter les bouchons. Il faudrait que j'essaye moi-même… Mais en été plutôt ! »

«J'espère que ça ne va pas devenir comme à Paris»

Cependant, plusieurs personnes interrogées soulignent la dangerosité de ces engins. Qu'il s'agisse de la conduite imprudente des utilisateurs qui sont pourtant tenus de rouler sur la route ou la piste cyclable, ou bien des trottinettes abandonnées qui jonchent le trottoir, comme cela a été vu dans la capitale, certains soulèvent des inquiétudes. « À l'heure où on sort des cours il y a beaucoup de monde dans la rue, ça pourrait être dangereux », se demande une lycéenne.

« Quand on voit qu'à Paris les gens les laissent traîner partout, j'espère que ça ne va pas devenir comme ça ici », redoute Josianne, retraitée. « La circulation est quand même beaucoup moins dense ici qu'à Paris donc ça ne devrait pas être plus dangereux, nuance Dan, livreur cycliste. Les piétons ne se plaignent pas non plus quand on monte sur les trottoirs comme ils sont très larges. »

Pour l'utiliser : 1 euro puis 15 centimes par minute

Sur l'aspect sécurité, le représentant de Tier Mobility se veut rassurant. « On ne peut pas arrêter un véhicule en dehors d'une station, la vitesse est bloquée à 20 km/h, le casque et les clignotants sont intégrés », énumère Sylvain Martin. Et d'ajouter que trois équipes mobiles seront constamment en activité sur le territoire pour assurer la recharge des batteries, faire de la prévention et assurer la maintenance.

Tarifs prévus  : 1 euro le déblocage de la trottinette, puis 15 centimes par minute.LP/S.C.
Tarifs prévus : 1 euro le déblocage de la trottinette, puis 15 centimes par minute.LP/S.C.  
Newsletter L'essentiel du 78
Un tour de l'actualité des Yvelines et de l'IDF
Toutes les newsletters

L'opérateur compte travailler avec des commerçants qui pourraient disposer d'une borne de charge dans leur boutique, afin que les utilisateurs eux-mêmes gèrent les recharges en échange d'une réduction du prix de leur course.

Les tarifs, qui sont encore en discussion avec la communauté d'agglomération, devraient correspondre à l'offre de Tier Mobility dans d'autres régions. À savoir 1 euro le déblocage de la trottinette, puis 15 centimes par minute. Des offres ciblées devraient être proposées à certains publics, notamment les entreprises et les minima sociaux. Des abonnements journaliers et mensuels sont également prévus.

Les trottinettes à Paris ? «C'est cool, mais c'est super dangereux»