VIDÉO. Vercors : le rachat d’une réserve naturelle par une ONG écolo irrite les chasseurs

Grâce aux dons de particuliers, l’ONG Aspas a racheté des terres dans le Vercors et prévoit de laisser la nature y reprendre ses droits. Les chasseurs estiment au contraire qu’il faut gérer la biodiversité dans ce décor magnifique.

490 hectares de forêt et de prairie au beau milieu du Vercors, la réserve privée « Vercors vie sauvage » a été rachetée par l'Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages) grâce aux dons de particuliers. La promesse de cette ONG antichasse est de protéger cette réserve naturelle contre la déforestation et les coups de fusils des chasseurs.

Près de la moitié des terres sont fermées par un grillage. « C'était une ancienne chasse privée, c'est-à-dire un lieu où les chasseurs payaient pour tirer du gibier, ils mettaient aussi la main à la poche pour récupérer leurs trophées, comme les safaris en Afrique », explique Madline Rubin, la directrice de l'Aspas.

« C'est le contraire », estime Rémi Gandy, le président de la Fédération départementale des chasseurs de la Drôme. Le risque en « laissant faire » est qu'il y ait trop de forêt ! « Sans gestion, d'ici quelques dizaines d'années, il n'y aura plus une prairie. Or en Drôme, les espèces forestières vont bien, nos espèces en dangers sont celles qui nécessitent un habitat ouvert comme le papillon azuré de sanguisorbe », martèle-t-il documents de gestion en main.

Autre inquiétude soulevée par les chasseurs : la présence d'espèces importées dans la réserve naturelle, telle que le cerf Sika qui vient d'Asie et se reproduit avec le cerf élaphe, cervidé des forêts tempérées d'Europe. L'ONG promet de les isoler et de les déplacer avant de lever les grillages.