VIDÉO. Vaccin : la deuxième dose sera-t-elle disponible ? A Courbevoie, on s’interroge

L’ARS Île-de-France demande aux municipalités qui ont ouvert un centre de vaccination le 18 janvier dernier de déplacer d’une semaine les rendez-vous pour la deuxième injection, afin qu’elle soit effectuée à J+28.

Trois semaines après le lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19, l’organisation reste un casse-tête pour les municipalités. Lundi, l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France a demandé aux centres ayant ouvert le 18 janvier dernier de reporter d’une semaine les rendez-vous pour la deuxième dose initialement prévus la semaine du 8 février.

À Courbevoie, on s’inquiète de savoir si le nombre de doses attribué sera suffisant pour honorer tous les rendez-vous, comme l’assure l’ARS. « On a un nombre de vaccins très limité. Avec ce nombre de vaccins, on ne pourra pratiquer que des deuxièmes injections pendant un certain de nombre de semaines, et donc nous devons refuser l’accès aux patients pour les premières injections pendant une certaine période », explique Caroline Paolino, directrice de la prévention et de la promotion de la santé, et en charge de l’organisation de centre de vaccination de Courbevoie.

« Si on vaccine pour la première fois, est-ce que demain on aura les doses pour la deuxième vaccination ? », s’interroge Jacques Kossowski, le maire (LR) de Courbevoie. « Nous devions avoir 420 vaccins, on en a reçu 186. Comment voulez-vous que l’on continue à travailler ? ». De son côté, l’ARS écrit que « la semaine du 15 février permettra d’assurer 66 000 deuxièmes injections et autour de 10 000 premières injections dans les centres ambulatoires ».

Si les seniors s’interrogent sur la disponibilité de la deuxième dose, ils restent en grande majorité confiants. « J’ai posé la question, avoue Viviane, venue recevoir sa première injection ce jeudi. On m’a répondu qu’en cas de manque de dose, on privilégiait la deuxième vaccination, plutôt que la première ».