VIDÉO. Une glace épaisse... ou pas : ce qu’il faut savoir avant de marcher sur un lac gelé

Les vidéos de patinoires improvisées sur les étendues d’eau gelées par le froid se multiplient sur les réseaux sociaux. Voici ce qu’il faut savoir avant de tenter l’expérience.

À partir de quelle épaisseur peut-on marcher sans danger sur la glace ? Que faire si on se retrouve coincé sur un lac gelé ? Alors que la vague de froid se poursuit et que les plus audacieux marchent, glissent et patinent sur les étendues d’eau gelée en France et dans les pays voisins, Alban Michon, explorateur polaire, a répondu à nos questions.

Vérifier la couleur et l’épaisseur

Première étape, avant de s’improviser patineur sur le premier étang venu : vérifier l’épaisseur de la glace. « On peut marcher dessus à partir de 10 cm », assure Alban Michon avant d’ajouter : « Souvent, on a plutôt 3, 4, 5 cm, donc c’est quand même prendre un risque d’y aller ».

Si vous n’avez pas de scie à glace ou de tronçonneuse sous la main, la manière la plus simple de vérifier la solidité reste de jeter une pierre : elle rebondira si c’est de la « glace vive », donc praticable.

Observer la couleur de la glace peut également donner des indications quant à sa solidité. « Si c’est un bleu assez intense », c’est bon signe, indique l’explorateur spécialiste en plongée sous glace. Plus elle tire vers le gris, moins elle est épaisse. La texture de la glace ou de la neige est aussi porteuse d’indices, mais là, « il faut avoir un peu l’habitude pour pouvoir s’y aventurer ».

Si toutefois, la glace venait à craquer sous les pieds, la première étape est de « garder son calme », insiste Alban Michon. Ensuite, la technique consiste à répartir son poids sur la glace, pour qu’il ne soit pas concentré sur le même point, un peu sur le principe des raquettes. Concrètement, on s’allonge et on rampe « délicatement, doucement, en s’aidant de ses avant-bras, de ses jambes et de ses genoux, pour s’extirper et rejoindre la rive la plus proche ».

LIRE AUSSI > Sibérie : à 79 ans, Lyubov arpente le lac Baïkal en patins à glace

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Dans le cas d’une chute dans l’eau, s’accrocher sur le bord de la glace et pédaler « très fort » avec les pieds peut permettre de s’extirper de l’eau. Si on commence à être entraîné vers le fond, « n’hésitons pas à retirer ses chaussures et ses habits […] ça peut vous sauver la vie », rappelle l’explorateur polaire.

Malgré les précautions, aller s’aventurer sur la glace, « c’est prendre un risque », « sauf dans des cas très particuliers où des mairies ont préparé des terrains, ont testé, ont sondé l’épaisseur de glace », explique Alban Michon. « Moi, je suis à Tignes, c’est ce qui se passe. On a un lac qui est gelé et la mairie sonde régulièrement le lac et jalonne en disant ’vous pouvez marcher à tel endroit’ », conclut-il.