VIDÉO. Un deuxième enfant pour Meghan et Harry : «Il y a beaucoup de négativité autour de ce couple»

Le Prince Harry et sa femme Meghan Markle ont annoncé hier sur les réseaux sociaux attendre un deuxième enfant.

Meghan Markle est enceinte de son deuxième enfant avec le prince Harry, a annoncé ce dimanche soir le porte-parole du couple aux médias britanniques. « Nous pouvons confirmer qu’Archie » le premier fils du duc et la duchesse de Sussex, « va être grand frère », a déclaré le porte-parole du couple, qui s’est mis en retrait de la couronne britannique. « Le duc et la duchesse de Sussex sont fous de joie d’attendre leur deuxième enfant », a-t-il ajouté.

La nouvelle intervient quelques jours après que Meghan Markle, 39 ans, a gagné son procès contre le tabloïd britannique Daily Mail au sujet de la publication d’une lettre qu’elle avait adressée à son père, avec qui elle est brouillée. Le prince Harry, 36 ans, sixième dans l’ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, effective depuis avril 2020.

Depuis leur installation en Californie, justifiée aussi par leur désir d’indépendance financière, Meghan Markle et son mari ont conclu plusieurs contrats avec des plateformes de contenus, dont Netflix. Des critiques leur ont reproché de chercher à tirer profit de leur appartenance à la famille royale et de leur célébrité tout en refusant d’en assumer les aspects protocolaires. Le couple a lui mis en avant sa volonté d’œuvrer pour des causes humanitaires via leur nouvelle fondation, Archwell, nom inspiré de celui de leur fils.

LIRE AUSSI > Meghan Markle, victime d’une fausse couche, veut briser un «tabou»

En novembre, Meghan Markle avait révélé dans une tribune publiée dans le New York Times avoir fait une fausse couche en juillet. Faire une fausse couche provoque « une immense peine », écrivait-elle. C’est quelque chose qui reste « tabou, couvert d’un sentiment de honte injustifié, perpétuant un cycle de deuil solitaire ». La démarche de partager son expérience avait été saluée par des associations.