VIDÉO. Présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg, pas encore candidat mais déjà en campagne avec les « Nokia »

L’ancien ministre de l’Economie a entamé un tour de France politique, en commençant par les salariés du groupe Nokia, menacés de licenciements. Partisan d’une réindustrialisation du pays, l’ex ministre socialiste se positionne comme potentiel candidat à la présidentielle de 2022.

Producteur de glaces et de miel biologiques depuis son départ du ministère de l’Économie en 2014, l’ex socialiste Arnaud Montebourg revient en politique sous l’étiquette de son nouveau micro-parti l’Engagement, tiré du titre de son dernier livre. Première étape de son « Tour de France » de la souveraineté économique, Lannion (Côtes-d’Armor), auprès des salariés du site de Nokia (ex-Alcatel) confrontés à un plan de sauvegarde de l’emploi.

« C’est l’un des rares qui a été aussi haut dans le pouvoir, à défendre les intérêts français », considère Gildas 53 ans, ingénieur chez Nokia. Interrogé sur une éventuelle candidature du chantre du « Made in France » à l’élection présidentielle de 2022, ce dernier voit en Montebourg « un espoir pour protéger l’emploi en France » face aux délocalisations. Plus sceptique, Nicolas est moins convaincu par celui qu’il estime « maîtriser peu son dossier » sur la 5G. De même pour Gilles, qui ne croit pas à la réussite de la proposition de l’ex-ministre de créer « un nouveau fleuron français des télécommunications ». « Un géant européen oui, franco-français, ça a peu de chance de marcher », explique l’ingénieur affilié CFDT.

« J’ai de l’expérience, en politique et dans l’entrepreneuriat. Je veux l’utiliser pour la mettre au service de mon pays », scande Arnaud Montebourg rappelant à l’envi que des personnalités aussi diverses que Jean-Luc Mélenchon, Xavier Bertrand ou Yannick Jadot ont salué ses idées : « C’est que je dois être pas loin de la vérité », savoure-t-il.