VIDÉO. Opération Barkhane au Sahel : pour Macron «retirer massivement des hommes serait une erreur»

Le Président de la République a réaffirmé sa volonté de lutter militairement contre le terrorisme lors d’un sommet du G5 Sahel.

La France ne compte pas réduire « dans l’immédiat » les effectifs de son opération antidjihadiste Barkhane au Sahel, qui mobilise actuellement 5 100 soldats, a affirmé mardi le président Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à Paris. « Des évolutions sans doute significatives seront apportées à notre dispositif militaire au Sahel en temps voulu mais elles n’interviendront pas dans l’immédiat », a-t-il déclaré en marge du sommet du G5 Sahel à N’Djamena (Tchad).

Le président français a également appelé à « décapiter » les groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda qui constituent toujours une menace au Sahel, et exhorté les pays de la région au « sursaut » politique et à un retour de l’Etat dans les territoires délaissés. Un an après le sommet de Pau, « nous avons réussi à obtenir de véritables résultats dans la zone des trois frontières », entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, et le principal groupe visé, l’organisation Etat islamique au grand Sahara (EIGS), « a perdu son emprise et subit de nombreuses pertes », a salué Emmanuel Macron.

LIRE AUSSI > Sommet du G5 Sahel : l’opération Barkhane en 3 questions

Malgré l’engagement de la France dans la zone depuis huit ans, quasiment pas un jour ne passe sans une attaque armée, l’explosion d’une mine artisanale ou des exactions contre les civils. La barre des deux millions de déplacés a été franchie en janvier.