VIDÉO. Ils marchent de Marseille à Paris pour ramasser les masques jetés au sol

Edmund Platt et Frédéric Munsch ont parcouru 880 km à pied pour dénoncer le « déchet tendance de 2020 » : le masque chirurgical usagé.

L'un se fait appeler « l'escargot anglais », l'autre « le sanglier marseillais ». Ensemble, Frédéric Munsch, photographe reporter, et Edmund Platt, fondateur de l'association 1 déchet par jour et auteur du livre « L'Anglais qui voulait nettoyer la France », se sont lancé un défi d'envergure : rejoindre Paris à pied depuis Marseille en ramassant les milliers de masques chirurgicaux croisés sur leur chemin.

Un Anglais qui veut nettoyer la France

« Le TGV roule à 300 km/h, moi j'ai toujours eu envie de faire le trajet à 3 km/h », explique Edmund Platt. En 2017, cet anglais originaire de Leeds, arrivé à Marseille il y a 11 ans pour donner des cours d'anglais, avait traversé la France en auto-stop pour ramasser des déchets. Cette fois, c'est avec son acolyte Frédéric Munsch qu'il s'est lancé dans cette aventure pour s'attaquer au fléau du masque chirurgical.

« C'est le déchet tendance de l'année », raconte le photographe reporter. « On en trouve partout : sur la route, les parkings, devant chez les gens, dans des forêts, au bord des lacs… il y en a partout ! »

Plus de 5 000 masques ramassés

Après bientôt deux mois de périple et plus de 5 000 masques ramassés, les deux compères ont enfin la capitale en ligne de mire. « En arrivant à Villeneuve-Saint-Georges on a halluciné. Avant on pouvait faire plusieurs kilomètres sans en voir un masque, mais arrivés ici, il y en a un tous les deux mètres », s'indigne Frédéric, alias « le sanglier marseillais ». « Et on vient à peine de rentrer en Ile-de-France. On pourra bientôt remplir un stade de France avec tous ces masques ! »

Parti le 1er octobre, le drôle de duo franco-britannique a prévu d'arriver ce samedi 28 novembre à Paris, à Gare de Lyon, après avoir marché près de 880 km sur les routes de France.