VIDÉO. Fermeture des stations d’altitude : comment passer au ski de randonnée sans risque

La fermeture des stations de sports d’hiver a entraîné le boom du ski de randonnée. Les pistes et les remontées mécaniques sont fermées, mais pour se lancer dans cette pratique sportive qui permet d’évoluer en liberté en montagne, il faut d’abord se former afin d’éviter les pièges de la montagne.

Le ski de randonnée ou de montagne, car il se pratique sur des zones hors pistes, c’est cette pratique sportive qui permet de gravir les pentes, des peaux de phoques synthétiques collées sous les skis avant de pouvoir dévaler les pentes dans une poudreuse immaculée. La pratique n’est pas sans risque. Pour randonner dans la neige sereinement, il faut une approche radicalement différente de celle du ski de piste, sécurisé par les installations des domaines skiables. La première leçon commence dans la fourgonnette du guide, entre la gare d’Annecy et le départ de notre périple de deux jours à ski de randonnée : le parking de la station de la Sambuy-Seythenex en Haute-Savoie. Notre professeur, c’est le guide MicheLa, de son vrai nom Tony Lamiche. Un alpiniste star des réseaux sociaux à qui on demande des selfies, à 2 800 m d’altitude. Aujourd’hui, notre spécialiste nous accompagne lors d’une formation MAOS (Mountain academy on snow) organisée par la marque française Salomon. Au rendez-vous un public déjà féru de ski, désireux de pouvoir s’aventurer en montagne tout en en évitant ses pièges parfois mortels. « Lors des Maos, on n’apprend pas la sécurité en montagne, on apprend à gérer les risques, explique Anthony au volant de son véhicule. Dans une voiture vous êtes en danger de mort. Si vous voulez être en sécurité, laissez la voiture au garage ! Rajoute-t-il, avec une petite pointe de provocation. En montagne, on apprend à déceler les pièges et à mettre en place la stratégie qui permet de les éviter. »

Se former au ski de randonnée alors qu’on pratique déjà le ski de piste, voire que l’on a déjà un bon niveau dans cette dernière discipline. Cela peut paraître inutile. C’est pourtant une nécessité si on ne veut pas que sa sortie finisse mal. « Lorsque vous pratiquez le ski de piste, tout est organisé pour vous. Les pistes sont sécurisées, explique Tony Lamiche. À partir du moment où vous évoluer hors d’un domaine skiable ou sur un domaine fermé comme cette année, vous devez apprendre à être autonome ». Avant de se lancer, il faut savoir repérer les pentes avalancheuses, les trous cachés dans le manteau neigeux ou même organiser efficacement les secours lors d’une avalanche. Mais avant de s’aventurer en ski de randonnée, il faut aussi tout simplement… bien chausser ses skis. Régler ses fixations ou installer ses peaux de phoques efficacement ne s’improvisent pas, non plus. Découvrez en vidéo comment commencer en sécurité le ski de randonnée.