VIDÉO. Fermeture des bars : «C'est la galère... on ne sait pas ce qu'on va devenir»

A Paris et en petite couronne, comme ici à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), les bars ou pubs dont l'activité principale n'est pas la vente de repas, devront baisser le rideau pour au moins deux semaines, à partir de mardi.

Vincent passe un dernier coup de chiffon sur son bar. Le cœur lourd. Gérant depuis 2002 du pub « Home sweet home » à Boulogne-Billancourt (92), il va devoir baisser le rideau ce soir pour au moins deux semaines. Derrière lui, une ardoise affiche pourtant le menu du jour. « C'est de la restauration juste pour le déjeuner. Le soir, on ne propose que des tapas. L'essentiel de mon chiffre d'affaires, c'est la vente de liquide (alcool, café, softs). Cela ne va pas suffire pour garder mon établissement ouvert », souffle-t-il.

Car comme lui, les patrons de bars de Paris et sa petite couronne ont l'obligation de rester portes closes dès mardi, suite aux nouvelles restrictions liées à la propagation du Covid 19. « On ne tombe pas de notre chaise. On se doutait bien que ça allait nous arriver, réagit Vincent, un brin fataliste. Pour nous, c'est déjà dur depuis le confinement. Alors là, c'est la galère. Je ne crois pas que fermer les bars va changer grand chose. Les gens iront faire la fête et boire des coups ailleurs, chez eux, dans des lieux privés. Et là, croyez-moi, le virus circulera ».