VIDÉO. Discothèques et centres de vaccination : «On a la surface, le renouvellement d’air et le sens de circulation»

Fortement touchées par la crise sanitaire, les discothèques proposent aux pouvoirs publics d’ouvrir leurs portes pour devenir des centres de vaccination d’urgence.

Fermées depuis le 13 mars 2020, les 1 600 discothèques de France pourraient bien rouvrir prochainement, mais pas pour accueillir les clubbers déchaînés sur les pistes. Elles se proposent d’abriter les prochaines vaccinations. Un projet porté par le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs (SNDLL) et rendu public dans un communiqué lundi 25 janvier.

« Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la COVID-19, le SNDLL a mobilisé ses adhérents et décidé de proposer aux pouvoirs publics la mise à disposition des 1 600 établissements de France métropolitaine et d’outre-mer pour les transformer en centre de vaccination d’urgence pour toute la population », précise le communiqué.

Des établissements en « extrême difficulté »

Une façon pour les gérants de « redonner un sens » à leurs établissements de nuit, estime Patrick Malvaës, président de la SNDLL. L’occasion également de participer à l’effort national et d’œuvrer à la réouverture des discothèques : « Juguler la Covid-19, c’est le préalable indispensable à la reprise économique, à commencer par la nôtre », commente-t-il.

LIRE AUSSI > A Wuhan, les boîtes de nuit sont pleines à craquer

Durement touchées par la crise sanitaire, les discothèques sont aujourd’hui dans une situation « dramatique ». Sur près de 1 600 établissements, un sur quatre est en « extrême difficulté », une centaine sont en liquidation judiciaire et environ 200 sont en redressement. « Environ 100 discothèques ont décidé elles-mêmes de fermer car elles avaient le sentiment que ça ne reprendrait pas, que ce ne serait pas viable », détaille Patrick Malvaës qui estime la perte de chiffre d’affaires à « 2 milliards 300 millions d’euros en dix mois. »