VIDEO. Catastrophe écologique en Russie : Greenpeace cherche encore le coupable

L’ONG Greenpeace cherche à comprendre l’origine du décès de milliers d’animaux sur les côtes du Kamtchatka en Russie.

Les premiers résultats d'analyses sont tombés et aucun d'entre eux n'élucide encore avec certitude les raisons de la catastrophe écologique qui touche le Kamtchatka depuis plusieurs semaines.

Des carcasses d'animaux qui s'empilent sur les plages, des fonds marins dévastés et des brûlures pour ceux qui entrent en contact avec cette eau dont la couleur change ; depuis le début du mois d'octobre l'ONG Greenpeace mène l'enquête sur les raisons de cette hécatombe.

Pour les autorités russes, cette catastrophe aurait une cause tout à fait naturelle. « Je suis sûr que nous sommes confrontés à un phénomène d'assez grande échelle, mais pas rare pour le Kamtchatka », a déclaré le 12 octobre le vice-président de l'Académie russe des sciences, Andreï Adrianov. Dans les analyses d'échantillons d'eau, «des concentrations élevées n'ont été observées que pour les micro-algues du type Gymnodinium » qui produisent des « toxines qui agissent sur les invertébrés », a-t-il assuré.

Pour Greenpeace, il est encore trop tôt pour se prononcer sur l'origine de la catastrophe. L'ONG affirme que de nombreux tests doivent encore être réalisés et que « l'activité humaine peut être en cause ».