VIDÉO. Canada : ses œuvres d’art géantes sur la neige sont à couper le souffle

Pour échapper à l’ennui du confinement, un Canadien à la retraite a eu l’idée de réaliser d’immenses fresques géométriques dans des champs enneigés, à l’aide de simples raquettes de ski. Vue du ciel, les images de ces œuvres éphémères sont tout simplement sublimes.

Des images poétiques venues tout droit du Canada. Depuis plusieurs mois, un homme réalise d’immenses fresques dans des champs et des lacs enneigés de l’Ontario avec des raquettes de neige. En 2020, Kim Asmussen, 62 ans, ancien directeur d’école, cherchait à tromper l’ennui pendant le confinement. En faisant des recherches sur les sculptures sur neige, il a découvert les monumentales créations d’art de neige avec raquettes de l’artiste Simon Beck dans le parc de Banff (ouest du Canada). « Je me suis dit, peut-être que je peux en faire autant », raconte le retraité, heureux d’avoir trouvé un moyen de concilier activité mentale et physique pendant la pandémie. L’exercice requiert de la méthode « parce qu’une fois que vous avez fait une trace dans la neige, vous ne pouvez plus l’effacer ».

L’artiste s’appuie de logiciels de dessin et de sites Internet spécialisés pour localiser les meilleurs emplacements. Une fois sur le terrain, il utilise une boussole, des cordes, des bâtons et se fait aider par une équipe d’amis et d’étudiants équipés eux aussi de raquettes pour écraser la neige, pour former d’immenses formes géométriques en relief.

Une fresque prend de quelques heures à plusieurs jours de travail selon la taille et la complexité des motifs. Depuis qu’il a commencé l’an dernier, Kim Asmussen a réalisé une vingtaine d’œuvres. La plus grande mesurait 400 mètres de long.

LIRE AUSSI > Glissades et roulades dans la neige : les adorables images des pandas du zoo de Washington

Avant que la prochaine chute de neige n’efface ses créations, Asmussen les immortalise en les photographiant et en les filmant par drone. Il les diffuse ensuite sur son compte Facebook où elles ont attiré l’attention de nombreux internautes et de plusieurs médias. Selon lui, seuls une poignée d’artistes s’adonnent à la pratique de l’art sur neige avec raquettes. « Ça commence seulement à décoller », précise-t-il, espérant que son exemple fera des émules. Il aimerait pouvoir associer plusieurs écoles de la région à ses œuvres, voire créer un festival d’art de la raquette à neige. Il cherche en attendant des emplacements près de l’autoroute transcanadienne pour que ses futures réalisations puissent être vues par les automobilistes et routiers de passage.