VIDÉO. «C’est le Vatican du film» : à Montmartre, une cagnotte pour soutenir le vidéoclub du quartier

Ouvert dans les années 1980, le vidéoclub de la Butte, à Montmartre, est l’un des derniers loueurs de DVD de Paris. Face à la crise sanitaire et l’essor de la VOD, des habitants du quartier ont créé une cagnotte pour soutenir cette boutique de quartier et Christophe, son gérant.

« C'est une figure ici, ça fait partie des enseignes qui animent la vie de quartier » explique Didier, l'un des créateurs de la cagnotte solidaire lancée pour venir en aide au Vidéoclub de la Butte, dans le XVIIIe arrondissement.

Ouverte dans les années 1980, la boutique de la Rue Caulaincourt est un élément incontournable du paysage montmartrois. « Gamin, je venais ici louer des cassettes vidéo », se souvient Christophe Petit, passionné de cinéma, qui a repris la gestion du vidéoclub en 2003 avec sa femme. Mais depuis le début des années 2010, le cinéphile a dû faire face à des difficultés financières. « Ça fait cinq ou six ans que les vidéoclubs sont en difficulté », dit-il. Une situation en partie due à la montée en puissance des plateformes de vidéos à la demande et amplifiée par la crise sanitaire du Covid-19.

Pour pouvoir continuer son activité pendant le second confinement, Christophe a mis en place un service de « click and collect », de « phone et retrait », comme il s'amuse à le dire, puisqu'il ne dispose pas de site Internet.

« Si on s'intéresse aux films, c'est ici qu'il faut venir »

Le loueur de la Butte peut aussi compter sur son catalogue de 15 000 films, qui regroupe les classiques du cinéma américain, européen, asiatique ou des dessins animés. Mais aussi sur « les films de science-fiction, d'horreur et d'anticipation, qui ont fait la marque des vidéoclubs […] Ici pas d'algorithme ou d'intelligence artificielle » plaisante le commerçant. Une interaction que viennent aussi chercher les clients : « Si on s'intéresse aux films, c'est ici qu'il faut venir. Ils sont de bon conseil ! » explique Elsa. « C'est le Vatican du film ici » lance la jeune femme en attendant ses deux DVD.

Pour que la magie puisse perdurer encore, des habitués ont lancé une cagnotte au printemps, qui a depuis atteint plus de 12 000 €. « Ca peut paraître énorme, mais ça ne fait que six mois de loyer », explique Franck, l'un des créateurs de la cagnotte. « Un loyer montmartrois pour un commerce comme celui-ci, c'est 2 000 € par mois. ».