VIDÉO. Bruxelles : des heurts lors de la manifestation pour Ibrahima, mort après un contrôle de police

Le jeune homme de 23 ans est décédé samedi 9 janvier dans un commissariat de la commune bruxelloise de Schaerbeek. Environ 500 personnes se sont rassemblées mercredi pour lui rendre hommage.

La police belge a procédé mercredi à plusieurs arrestations dans la commune bruxelloise de Schaerbeek à l’issue d’une manifestation en hommage à Ibrahima B. décédé samedi lors d’un contrôle de police, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles Audrey Dereymaeker, qui évoque des « incidents », comme de la « dégradation de mobilier urbain et de véhicules », ainsi que des « jets de projectiles », dont des tirs tendus de feu d’artifice, contre la police.

Dans la soirée, une antenne de police a également été incendiée et la voiture du Roi Philippe, dont le convoi passait à proximité des émeutes, a été prise pour cible par des manifestants, selon le média Le Soir.

Interpellé pour avoir filmé un contrôle de police sur le respect du couvre-feu

Ces incidents ont eu lieu à la suite d’une manifestation de 500 personnes dans l’après-midi dans la commune bruxelloise, près du commissariat où le jeune homme avait été conduit à l’issue du contrôle de police du 9 janvier.

La police a procédé samedi soir au « contrôle d’un groupe de personnes rassemblées » malgré « les mesures » en vigueur à cause du Covid-19, indique le parquet. A l’issue de ce contrôle, Ibrahima B. a pris « la fuite à pied », avant d’être interpellé, selon la même source. A son arrivée au commissariat, il a perdu connaissance, selon les policiers et il est décédé un peu plus tard à l’hôpital, toujours selon le parquet.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Un juge d’instruction a été nommé pour mener une enquête « pour homicide involontaire » afin d’éclaircir les circonstances de la mort du jeune homme. Le Comité P, la police des polices belges, a également été saisie.