VIDÉO. À vélo dans la neige : comment les enfants finlandais défient l’hiver arctique

« Biclou », la série vélo du Parisien. À Oulu, en Finlande, toutes les générations pédalent chaque jour dans des conditions glaciales. À 200 km du cercle polaire arctique, reportage dans la capitale mondiale du cyclisme d’hiver.

BICLOU, ÉPISODE 36 - « J'aime bien le vélo, c'est plus drôle que la voiture », s'enthousiasme Dana, 7 ans, sur le chemin du retour de l'école. « Ça fait bizarre de rouler dans la neige, on peut voir aussi les traces de vélo. Et on peut aller très très vite », confie la petite fille, emmitouflée dans une épaisse doudoune. En cette journée de mi-janvier, le thermomètre affiche -12 °C, avec un fort vent de face. Un froid tout relatif puisque la semaine précédente, l'élève a filé sur la neige par -28 °C.

Retrouvez tous les épisodes de Biclou, la série vidéo du Parisien sur le vélo.

La capitale mondiale du vélo d'hiver

Cette Française vit à Oulu, en Finlande, avec ses parents, depuis l'été 2019. Depuis, elle pédale sur la neige fraîche, dans des conditions parfois glaciales. Oulu, 5e ville de Finlande avec 200 000 habitants, est l'une des grandes métropoles les plus au nord de l'Europe. Perchée à 200 km du cercle polaire arctique, cette ville affiche en moyenne au moins 150 jours enneigés par an et des températures qui frôlent parfois les -30 °C.

Pourtant, Oulu se distingue comme la capitale mondiale du vélo d'hiver. Ici, la part des trajets à vélo dans les déplacements du quotidien culmine à 22 %. À titre de comparaison, Paris peinait encore à atteindre les 5 %, selon des chiffres collectés par l'INSEE en 2017.

« C'est spécial finlandais, on s'adapte ! »

À l'école Metsokankaan, où étudie Dana, au moins 1 000 enfants sur 1 300 enchaînent les trajets vers et depuis l'école en pédalant tout seuls. « Au début de l'année, on s'est dit « on va l'accompagner toute l'année » et puis non, au final, assez rapidement, [Dana] nous a fait comprendre qu'elle allait se débrouiller toute seule », se souvient Hugues Lanneau, son père, « c'est spécial finlandais, on s'adapte ! ».

Dans ce quartier pavillonnaire et périurbain du sud de la ville, la sortie des classes prend des airs de ruée géante vers les 4 parkings à vélo. Il suffit d'escalader un tas de neige pour que la vue plongeante sur les centaines de montures colorées confère un léger vertige.

« À partir de 2 cm de neige, il faut déblayer toutes les 3 heures »

« Et la plupart de ces vélos ont des pneus d'été », glisse Pekka Tahkola, urbaniste et ingénieur spécialisé dans le vélo à Oulu, « Il ne faut aucun vélo spécial ici, tout ce qui vous fait bouger, ça fait l'affaire ». Seuls 35 % des cyclistes d'Oulu sont en effet équipés de pneus neige ornés de petits clous.

Contre toute attente, rouler sur la neige ici n'a rien d'un parcours d'équilibriste. S'il faut éviter les virages très brusques et les sorties de piste dans la poudreuse, les routes sont damées régulièrement et confèrent une bonne adhérence.

Six entreprises s'attellent à toute heure de la journée et de la nuit à damer les 875 km du réseau. « À partir de 2 cm de neige, il faut déblayer toutes les 3 heures. 4 cm est le maximum absolu qui ne doit jamais être atteint », rappelle Markus Rovio, directeur d'Oulun konetyö oy, l'entreprise chargée de déneiger le réseau prioritaire. « C'est très rare que les routes ne soient pas déneigées quand on se réveille le matin », confirme Hugues Lanneau.

« Ici, tout est fait pour le vélo »

Si une maintenance étroite du réseau rend possible la pratique du vélo par tous les temps, il n'explique pas à lui seul que les plus jeunes transitent sans crainte et sans parents, même lorsque la nuit tombe à 14 heures.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Ce qui permet aux cyclistes en herbe d'être si autonomes, c'est un réseau cyclable à hauteur d'enfants : des pistes larges, denses, continues et protégées du trafic automobile. Aux rares intersections avec des véhicules motorisés, les cyclistes ont la priorité. « Ici, tout est fait pour le vélo. Les pistes cyclables partent de devant la maison et arrivent à l'école. Dans ce quartier, il y a plus de pistes cyclables que de routes », décrypte le père de Dana.

Le quartier très récent de Metsokangas, où vit cette famille expatriée, a justement été dessiné pour faciliter les mobilités douces. Les déplacements sont plus rapides à vélo, alors que les voitures doivent systématiquement dévier vers une route circulaire plus contraignante.

Une infrastructure bâtie depuis les années 60

Ailleurs dans la ville, le vélo s'impose aussi comme un moyen de transport plus efficace, quelle que soit la météo. À Oulu, le vélo a su traverser les époques malgré l'essor de la voiture. « Nous possédons des vélos depuis plus de cent ans. Et comme vous pouvez le voir, c'est très facile pour nous », glisse Päivi Laajala, maire de la ville depuis 2017.

Dans les années 60, les premières voies cyclables essaiment déjà sur le territoire. En 1972, un plan d'urbanisme renforce le développement d'un réseau séparé et indépendant pour la marche et le vélo, avec un financement dédié.

L'une des infrastructures les plus marquantes développées depuis plus de 30 ans : des petits tunnels de béton bâtis sous la voirie pour éviter aux cyclistes de traverser la route. Les plus vulnérables sont ainsi mis à l'abri et les trajets sont fluidifiés. Oulu en compte 300, disséminés partout sur le territoire.

« Pour mettre les gens au vélo, il faut rendre la pratique rapide, facile et confortable »

Nouveau projet dans les cartons de la municipalité : des « autoroutes du vélo » ou « baanas ». Les voies y seront encore plus larges, mieux éclairées, et tracées pour réduire au maximum les distances. Oulu en compte déjà une dizaine de kilomètres et ambitionne d'en bâtir 76 km à l'horizon 2 030.

« On sait bien que pour mettre les gens au vélo, il faut rendre la pratique rapide, facile et confortable », insiste l'ingénieur et urbaniste Pekka Tahkola.

Chaque dimanche, retrouvez un nouvel épisode de Biclou sur la page Facebook du « Parisien ».