Vitry-sur-Seine : tué d’un coup de tournevis en pleine rue

L’homme de 39 ans a succombé sous les yeux de sa compagne, ce jeudi soir avenue du 8-Mai-1945. Son agresseur a pris la fuite. Une place de stationnement pourrait être à l’origine du drame.

 Vitry-sur-Seine, ce jeudi. L’homme de 39 ans a été poignardé au thorax en pleine rue vers 19h30. Une place de stationnement pourrait être à l’origine du drame.
Vitry-sur-Seine, ce jeudi. L’homme de 39 ans a été poignardé au thorax en pleine rue vers 19h30. Une place de stationnement pourrait être à l’origine du drame. DR

Il a bien tenté de fuir en grimpant dans sa voiture. Mais déjà grièvement blessé au thorax, il est sorti de l'habitacle au bout de seulement 50 m. Et c'est là, avenue du 8-Mai-1945 à Vitry-sur-Seine, que l'homme de 39 ans s'est écroulé sur la chaussée ce jeudi soir. Cet habitant du secteur est décédé sur place sous les yeux de sa compagne vers 20h40. Son agresseur est toujours en fuite.

Le service départemental de police judiciaire devra déterminer les causes précises de l'altercation survenue juste avant le drame, à hauteur du Franprix de la place du 8-Mai-1945 ce jeudi.

Litige pour une place de parking ?

Une chose est sûre : les deux hommes s'étaient déjà disputés en pleine rue le matin même, quasiment à cet endroit d'ailleurs, pour un motif encore incertain. Mais des témoins disent les avoir entendus se quereller « pour une place de parking » rue Ampère, au beau milieu d'« un quartier où il est devenu difficile de trouver à se garer ».

Toujours est-il qu'« ils se sont recroisés le soir en présence de la compagne de la victime, et alors que l'agresseur semblait promener son chien », indique une source proche du dossier. Le couple était en voiture lorsque les premiers mots ont été échangés. Le conducteur a fini par sortir. Son interlocuteur l'aurait poignardé peu après au niveau des poumons. Il se pourrait que l'arme du crime soit un tournevis, d'après les premiers éléments recueillis.

C’est ici que la victime a été poignardée jeudi soir. LP/Lucile Métout
C’est ici que la victime a été poignardée jeudi soir. LP/Lucile Métout  

Le Vitriot touché a toutefois réussi à remonter en voiture. Mais il a été pris d'un malaise dans les secondes qui ont suivi. C'est alors qu'il a ouvert la portière, avant de s'effondrer face de la piscine où il a perdu connaissance. Il était en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des secours, qui n'ont pas pu le réanimer malgré de longues tentatives.

Le quartier sous le choc

Quant à l'homme vêtu de sombre qui a porté le coup mortel, il a immédiatement pris la fuite. L'enquête rapidement menée par les policiers du commissariat local a permis de l'identifier. Il s'agit d'un homme de 43 ans domicilié à quelques mètres de là où tout a basculé.

Ce vendredi matin, le quartier reste abasourdi en apprenant la nouvelle. Car peu des promeneurs avaient eu le fin mot de l'histoire. « J'ai bien entendu une bagarre, explique cette jeune femme, mais je ne savais pas que le Monsieur est mort… Il paraît que l'autre habitait juste ici. »

Le blessé a pu conduire jusqu’à hauteur de la piscine avant de perdre connaissance. LP/Lucile Métout
Le blessé a pu conduire jusqu’à hauteur de la piscine avant de perdre connaissance. LP/Lucile Métout  

« Le pire, estime une autre, c'est qu'il y avait des familles dans la rue quand ça s'est passé… » « C'est dramatique, lâche enfin cette dame qui part justement faire ses courses au Franprix. On entend souvent passer la police ici, mais jamais pour de tels faits ! »

Contactée par Le Parisien, la municipalité de Vitry-sur-Seine — dépêchée sur les lieux jeudi soir — se « désole de cette situation, de toute façon injuste et inacceptable ». « Nos premières pensées vont à la famille du défunt, ajoute-t-on dans l'entourage du maire Pierre Bell-Lloch (PCF). Pour le reste, laissons l'enquête se faire. Nous avons pleinement confiance en les services de police pour élucider ce drame au plus vite. »

La municipalité appelle « à l'apaisement »

« Des gens, des jeunes, des enfants ont plus ou moins assisté à ce tragique événement, il est nécessaire de mettre en place une cellule de soutien psychologique pour les habitants », estime pour sa part Hocine Tmimi (FdG), élu d'opposition dans la toute nouvelle municipalité communiste.

Je m'étais exprimé, il y a quelques jours sur la violence dans nos quartiers. Malheureusement, ces dernières heures,...

Gepostet von Hocine Tmimi am Donnerstag, 20. August 2020

Celui qui est par ailleurs conseiller départemental réclame « des moyens tous azimuts pour nos quartiers » de la part de « la puissance publique (État, collectivités locales et ville) ».

« Ça fait une dizaine d'années qu'on n'a pas eu à gérer ce genre d'homicide », tient à souligner le maire de Vitry. Et loin de toute polémique, il appelle simplement au calme dans ce quartier politique de la ville plus connu pour « de la petite délinquance ».

« Soyons d'abord ensemble aux côtés des familles, enjoint ainsi Pierre Bell-Lloch dans un communiqué ce vendredi midi. Viendra le temps de construire, par notre humanité et nos valeurs de paix, l'apaisement nécessaire à la construction d'une société sans violences. La violence n'a pas sa place à Vitry. »