Vitry : les communistes se déchirent après le putsch de Pierre Bell Lloch

Pierre Bell Lloch a été élu maire ce samedi après avoir présenté une liste dissidente face au maire sortant Jean-Claude Kennedy, élu au second tour avec 49,97 %. Une « perfidie » pour les communistes du Val-de-Marne, « une légitimité incontestable » pour les secrétaires de la section locale du PCF…

 Vitry-sur-Seine, ce samedi. Pierre Bell Lloch (PCF) réussit un putsch et devient maire contre le maire sortant Jean-Claude Kennedy (PCF), pourtant élu à 49,87 % des voix dimanche dernier.
Vitry-sur-Seine, ce samedi. Pierre Bell Lloch (PCF) réussit un putsch et devient maire contre le maire sortant Jean-Claude Kennedy (PCF), pourtant élu à 49,87 % des voix dimanche dernier. LP/Marion Kremp

Difficile de croire qu'en renversant le jeu démocratique Pierre Bell Lloch n'envisageait pas la pagaille qui allait suivre.

Le nouveau maire PCF de Vitry qui a créé la surprise ce samedi en présentant sa candidature face au maire sortant Jean-Claude Kennedy (PCF) n'imaginait cependant peut-être pas que les foudres qui s'abattraient sur lui seraient si cinglantes. Et viendraient en premier lieu et aussi brutalement de sa famille politique.

À l'issue de son élection, Pierre Bell Lloch regrettait « l'atterrissage un peu violent » pour Jean-Claude Kennedy. « S'il avait accepté la proposition de liste qui intégrait la jeunesse, il serait maire aujourd'hui. J'espère que tout va s'apaiser et que l'on se passera le relais le mieux possible avec l'ancienne équipe », déclarait-il confiant.

Le PCF 94 s'inscrit en faux

Les communistes du Val-de-Marne n'ont pas manqué de réagir, et condamnent la candidature dissidente du secrétaire de la section PCF de Vitry et colistier de Jean-Claude Kennedy, pourtant élu au soir du second tour avec 49,87 % des suffrages.

Une « perfidie » pour la fédération départementale qui appelle « celles et ceux de leurs camarades qui y ont pris part à démissionner des postes obtenus ».

Comme l'écrit Pierre Lacaze, responsable national aux élections, à Jean-Claude Kennedy : « J'apprends qu'au sein de ton conseil municipal des responsables du PCF trahissent la parole donnée à leur parti et aux habitants en présentant une candidature dissidente. Ils le font en associant la direction nationale du parti, ce qui est un scandale. Le PCF, son secrétaire national et toute sa direction est à tes côtés et souhaite, conformément aux engagements pris, ton élection comme maire », relaient les communistes du Val-de-Marne dans un communiqué.

Les secrétaires de section de Vitry au secours de Bell Lloch

Jean-Claude Kennedy avait été investi par 80 % des voix lors du vote interne de la fédération communiste en avril 2019. Mais sa déclaration de candidature un peu plus de trois mois plus tôt à l'occasion de ses vœux à la population avait mis la section de Vitry devant le fait accompli. Tordant le bras à une potentielle candidature de Pierre Bell Lloch.

Ce dimanche soir, les secrétaires de la section PCF de Vitry apportent d'ailleurs tout leur soutien à Pierre Bell Lloch, « élu maire à la majorité absolue dès le premier tour dans le plus strict respect du code des collectivités territoriales et de la démocratie, dans ce scrutin de liste qu'est l'élection municipale. La légitimité de ce scrutin est incontestable, tout comme l'est l'élection des 15 maires-adjoint.e.s qui composent l'exécutif municipal », écrivent-ils dans un communiqué :

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

« La candidature de Pierre Bell Lloch a été malheureusement la seule issue pour préserver la majorité d'union de la gauche et écologiste. […] Cette élection s'inscrit bien dans une continuité des mandats précédents dans notre ville, dirigée par un maire communiste depuis 1925. Nous avons été élu.e.s au sein d'une union de la gauche à laquelle nous travaillions depuis plus d'un an, à l'initiative de la section du Parti Communiste Français à Vitry. »

« Il est encore temps de puiser dans ce qui leur reste de sens des responsabilités pour renoncer »

Une pétition a été lancée samedi soir sur le site change.org par un membre du PCF, Yves Housson, qui enregistre déjà près de 500 signatures, appelant le nouveau maire à se retirer. « Il est encore temps pour les responsables de ce putsch de puiser dans ce qui leur reste de sens des responsabilités pour renoncer, remettre leur mandat en jeu, revenir au verdict des urnes. Sinon, à tout le moins, qu'ils s'écartent de notre parti, gravement sali. Le communisme, municipal comme national, n'a rien à voir avec ces pratiques », replace la pétition.

Chez les socialistes qui avaient réussi l'union derrière Jean-Claude Kennedy, on condamne là aussi le camouflet démocratique : « Le conseil municipal d'installation de Vitry a été samedi le lieu de scènes qui ne servent pas la démocratie. La fédération PS du Val-de-Marne souhaite que la majorité municipale retrouve au plus vite son unité dans l'intérêt des populations », déplore le secrétaire fédéral Jonathan Kienzlen.

« Combien d'électeurs représentent Monsieur Bell Lloch ? 1, 2 ou 3 % maximum des inscrits ? »

Et Luc Carvounas, maire PS d'Alfortville, d'aller plus loin sur Twitter : « Sur un plan personnel, je ne cautionne pas ce qui s'est déroulé hier à Vitry pour l'élection du nouveau maire. Le maire est la tête de liste élue par la population. Je demande à mes collègues PS élus de démissionner et de ne pas participer à cette mascarade démocratique. »

Colistier de Frédéric Bourdon (DVG), arrivé deuxième lors du second tour avec 26,08 % des voix, l'ancien communiste passé chez EELV Jacques Perreux demande lui aussi la démission des adjoints élus et une nouvelle élection. « Combien d'électeurs représentent Monsieur Bell Lloch ? 1, 2 ou 3 % maximum des inscrits ? Si l'élection avait eu lieu avec une liste conduite par lui c'est sans aucun doute toute la configuration électorale qui aurait été modifiée et les résultats totalement différents. Avec ce putsch déshonorant, les électeurs sont victimes d'une incroyable tromperie et pas seulement les électeurs de la liste arrivée en tête. Le nouveau pouvoir municipal est totalement illégitime », dénonce le conseiller municipal.

Contacté ce dimanche après-midi, Pierre Bell Lloch n'a pas donné suite à notre demande.