Val-de-Marne : le requin-renard protégé finit au rayon poissonnerie d’un supermarché

L’ONG Sea Sheperd France est montée au créneau après le signalement d’un habitant. L’enseigne l’a retiré de ses rayons à Vitry-sur-Seine dans la foulée, plaidant une «erreur».

 Vitry, ce mardi. À Vitry, le magasin Leclerc a retiré de son rayon poissonnerie une promotion sur du requin-renard, une espèce protégée, suite à un signalement de l’ONG Sea Sheperd France.
Vitry, ce mardi. À Vitry, le magasin Leclerc a retiré de son rayon poissonnerie une promotion sur du requin-renard, une espèce protégée, suite à un signalement de l’ONG Sea Sheperd France.  DR

« Excusez-moi, c'est normal? ». Posté mercredi sur les réseaux sociaux, ce message d'un client accompagné de photos prises mardi au sein du magasin Leclerc de Vitry est arrivé comme un harpon jusqu'à l'ONG Sea Sheperd France. On y voit sur les étals du rayon poissonnerie du supermarché la carcasse d'un requin-renard et des morceaux proposés à la vente : 11,90 euros le kilo pour ce requin « pêché en Atlantique nord-est ». Or il s'agit d'une espèce menacée et protégée.

La « promotion » en question n'était plus à saisir ce jeudi car Leclerc a mis un terme à cette vente dans la foulée en plaidant une «erreur». « Assassins », « un très mauvais message », « ils ont craqué », la publication des photos a fait très vite réagir. « Je n'en aurais de toute façon pas acheté, la photo me terrorise », explique à la sortie du supermarché Emiliana, qui n'était pas au courant de la polémique. Pour David, pêcheur occasionnel, c'est simple : « Ce sont des bêtes qu'il vaut mieux manger que de les avoir dans l'océan. »

«Cette vente est la conséquence d'une loi qui est mal faite»

Un discours totalement inaudible pour Sea Sheperd France, une association à but non lucratif créée en 1977 au Canada, qui milite pour la conservation de la faune et de la flore marine. « On nous a envoyé ce signalement et c'est allé très vite », explique Elodie, membre de Sea Sheperd en France où l'ONG a « des équipes partout, et donc la possibilité de se rendre très rapidement sur place ». À son tour, elle a posté des photos sur les réseaux sociaux en interpellant l'enseigne.

« Cette vente est la conséquence d'une loi qui est mal faite », estime cette bénévole. Elle rappelle que la pêche du requin-renard, une espèce « menacée d'extinction », est interdite mais que l'on a le droit d'en vendre « en cas de capture accidentelle ». « Cela arrive souvent et c'est très hypocrite », dénonce-t-elle.

Vitry, jeudi. Le magasin Leclerc de Vitry-sur-Seine a retiré de la vente du requin-renard après avoir été épinglé par l’ONG Sea Sheperd. LP/F.D.
Vitry, jeudi. Le magasin Leclerc de Vitry-sur-Seine a retiré de la vente du requin-renard après avoir été épinglé par l’ONG Sea Sheperd. LP/F.D.  

«Le magasin a commis une erreur», reconnaît Leclerc

L'an dernier, c'est dans un magasin Intermarché d'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) que du requin-renard avait été mis en vente, en février dernier, c'était à l'Intermarché de Pont-Audemer (Eure). Sea Sheperd avait alors utilisé le même procédé. L'enseigne avait reculé. Pour Sophie qui s'exprime au nom de l'ONG, « vendre du requin-renard fait partie du problème. Tout le monde se rejette la faute. L'Etat, qui autorise la vente, les revendeurs qui créent l'offre et la demande et le consommateur, qui fait que ça continue ».

Contactée, l'enseigne Leclerc qui est mise en cause indique justement avoir établi « depuis 2016 une liste noire qui identifie les espèces de poissons à ne pas commercialiser ». Or le requin-renard fait bien partie de cette liste, comme le précise Leclerc.

Une liste qui « prend en compte la durabilité des espèces et représente un engagement important pour l'enseigne ». Leclerc demande donc à ses magasins de « la respecter ». « Le magasin concerné a commis une erreur », avance l'enseigne, qui insiste sur le fait qu'elle ne la « cautionne pas ». Ajoutant que « des contrôles et un rappel des règles seront réalisés dans l'ensemble des magasins afin que ceci ne se reproduise plus ».