Val-de-Marne : le gros coup de pouce du département aux sportifs de haut niveau

Neuf sportifs de haut niveau ont signé un contrat d’insertion professionnelle avec le département du Val-de-Marne ce mercredi à la Maison du Handball de Créteil.

 Tiavo Randrianisa (à gauche) prodige de taekwondo licenciée à Arcueil bénéficie comme huit autres sportifs de haut niveau d’un contrat d’insertion professionnelle avec le conseil départemental du Val-de-Marne.
Tiavo Randrianisa (à gauche) prodige de taekwondo licenciée à Arcueil bénéficie comme huit autres sportifs de haut niveau d’un contrat d’insertion professionnelle avec le conseil départemental du Val-de-Marne.  DR

Lorsqu'elle n'est pas à l'autre bout du monde pour remporter comme en janvier dernier le trophée du Tournoi des Champions à New York, Camille Serme, numéro 2 mondiale de squash, travaille au service communication du conseil départemental du Val-de-Marne. Un job à l'emploi du temps aménagé pour permettre à la championne de l'US Créteil de poursuivre sa carrière de sportive de haut niveau mais aussi lui assurer une insertion professionnelle lorsque le temps sera venu pour la trentenaire de raccrocher sa raquette.

Neuf champions intégrés dans les services du département

Comme pour huit autres champions inscrits dans des clubs du Val-de-Marne, son contrat de professionnalisation vient d'être renouvelé pour un an par le conseil départemental dans le cadre d'une convention passée avec l'agence nationale du sport qui court jusqu'aux Jeux olympiques 2024. Le département particulièrement investi dans le sport pour tous est engagé depuis 1986 auprès de ses sportifs de haut niveau.

Déjà cinquante d'entre eux ont pu bénéficier de ces contrats aménagés qui permettent à ces jeunes inscrits dans les clubs du Val-de-Marne et sur la liste nationale des sportifs de haut niveau de mener leur carrière dans une sérénité financière et de se former à un métier pour la suite.

Agents départementaux, ils sont rémunérés par le conseil départemental, formés et intégrés aux services. Une dizaine d'entre eux travaillent toujours pour le département une fois leur carrière de sportif derrière eux, le plus souvent au service des sports mais pas seulement.

10,7 millions d'euros pour le sport dans le Val-de-Marne

« Quelles que soient nos difficultés budgétaires, nous avons choisi de maintenir notre engagement en faveur du sport pour tous et notre soutien au sport de très haut niveau. Cette volonté du Val-de-Marne s'exprime pour le développement de toutes les pratiques sportives, le sport féminin notamment, une majorité de femme est signataires de ces contrats, et vers le handisport, a justifié Christian Favier, président PCF du Val-de-Marne. Ces contrats permettent à ces sportifs de s'entraîner dans les meilleures conditions et comme l'on sait que leurs carrières sont limitées dans le temps, de s'insérer professionnellement. »

10,7 millions d'euros sont investis par le département pour aider la centaine de clubs sportifs et leurs 230 000 licenciés. Le Val-de-Marne, terre de champions, compte déjà plusieurs sportifs qualifiés pour les JO de Tokyo qui se dérouleront en 2021.

À l'instar du plongeur Benjamin Auffret, le rameur handisport du club de Joinville Antoine Jesel, le cycliste sur piste Grégory Baugé déjà neuf fois champion du monde inscrit à l'US Créteil ou encore la championne de France de judo Amandine Buchard licenciée au Red Star de Champigny qui signaient eux aussi le renouvellement de leur contrat de professionnalisation ce mercredi à la Maison du Handball à Créteil.

« Le Val-de-Marne a contribué à ma qualification aux JO de Tokyo »

Sans oublier la championne prodige de Taekwondo Tiavo Randrianisa, licenciée à Arcueil, de Luka Mkheidze en ce moment aux Championnats d'Europe de judo, licencié à Sucy, ou de Sarah Adidou du club de Taekwondo de Champigny et de Dora Tchakounté, championne de France d'haltérophilie de la VGA Saint-Maur, qui pourraient eux aussi se qualifier prochainement.

« Ce contrat me permet de me concentrer sur mon sport, à 100 % sur mon projet de haut niveau. J'ai la chance de vivre de mon sport contrairement à d'autres qui doivent travailler en parallèle. C'est d'autant plus important aujourd'hui avec la crise sanitaire qui impacte aussi le monde du sport. Le département du Val-de-Marne a contribué à mes médailles et à ma qualification pour les JO de Tokyo », a remercié la judokate Amandine Buchard.

L'agence nationale du sport, créée pour préparer les JO de Paris 2024, offre 2 700 aides personnalisées aux sportifs de haut niveau et soutient les champions via des dispositifs plus spécifiques tels que ces conventions de professionnalisation.

« Ça n'est pas un hasard si le Val-de-Marne est un de nos partenaires. Il y a ici une culture sportive bien particulière. La Maison du Handball qui s'est installée ici en est une des matérialisations, qui permet d'accompagner les sportifs également dans des projets les plus durables possible », a salué Frédéric Sanaur, directeur de l'agence nationale du sport. Et comme il n'y a pas de hasard, c'est à Ivry-sur-Seine, que l'agence installera ses bureaux le mois prochain.