Val-de-Marne : la mère de Feryel, 14 ans, n’a eu «aucun signe de vie» depuis une semaine

Cela fait sept jours ce mardi que la collégienne s’est volatilisée du domicile familial à Ablon. La police judiciaire est désormais chargée de l’enquête.

 Feryel, une adolescente de 14 ans qui pose ici aux côtés de sa mère, a disparu depuis une semaine du domicile familial à Ablon (Val-de-Marne).
Feryel, une adolescente de 14 ans qui pose ici aux côtés de sa mère, a disparu depuis une semaine du domicile familial à Ablon (Val-de-Marne). DR

« Rien, rien, rien. » Cela fait une semaine ce mardi que les proches de Feryel n'ont eu aucune nouvelle d'elle. Cette adolescente de 14 ans s'est volatilisée en plein après-midi du domicile familial à Ablon, une petite ville du Val-de-Marne.

Un appel à témoins a été lancé ce week-end par la préfecture de police de Paris. Sur les réseaux sociaux où il a été relayé massivement, un internaute indique avoir aperçu une femme lui ressemblant « sous un arrêt de bus boulevard Saint-Germain à Paris ». Un autre, avoir vu une fille correspondant au signalement « traverser pieds nus au niveau de la station de métro Bois-Blanc à Lille ».

«C'est ça le plus fou»

Sans signe distinctif, Feryel, aux longs cheveux châtains et aux yeux marron, est partout. Mais nulle part pour ses parents. « Nous n'avons eu absolument aucun signe de vie. C'est ça le plus fou », raconte sa maman, qui précise que c'est désormais la police judiciaire qui est chargée de cette enquête pour disparition.

Une femme qui travaille dans le domaine de la protection de l'enfance et qui est persuadée que sa fille, en cas de fugue, se serait déjà manifestée. Mais elle ne croit pas à la fugue, décrivant une adolescente « qui a peur du noir ».

« C'est une gamine de 14 ans qui vit depuis toujours dans une boule de cristal (NDLR : dans un cocon), qui est hyper choyée et qui ne manque de rien, décrit sa mère. On est une famille méditerranéenne dans toute sa splendeur. » Elle s'appuie depuis la disparition de Feryel sur un « bon réseau », ce qui a par exemple amené samedi la présidente de la région Ile-de-France à diffuser un tweet. « Ses parents me demandent de faire passer ce message », a écrit Valérie Pécresse.

Dernier échange à 13 h 17

Mardi dernier, les parents ont appelé leur fille alors qu'elle se trouvait dans leur maison d'Ablon. A 13 h 17, alors que sa mère est sortie déjeuner avec une amie, son père réussit à la joindre sur le téléphone fixe du domicile, son téléphone portable étant en possession de sa maman. Feryel, scolarisée en classe de 3e au collège du Sacré-Cœur, un établissement privé catholique, avait, dit-elle, « des exercices à faire ».

« Je lui ai dit qu'elle avait l'école dans une semaine et que je l'emmenais pour être sûre qu'elle allait travailler, raconte-t-elle. Elle m'a dit : D'accord maman. » Feryel aurait-elle pu mal le prendre ? « A la maison, elle avait un ordinateur, une tablette, précise sa maman. Elle pouvait tout de même se connecter. »

Quand cette dernière tente de la joindre à nouveau au domicile à 17 heures, plus personne ne répond. « Je suis rentrée à 17 h 19 et elle n'était plus là. » Seuls trois sweats et un plaid semblent manquer. Aucune paire de chaussures n'a disparu.

L'organisation d'une marche envisagée

« La veille, j'avais fait comme on dit le nettoyage d'hiver et rien n'avait bougé », assure la maman. Persuadée aussi qu'en cas de fugue, l'adolescente « se serait organisée », aurait « emmené un sac ». Elle dépeint une adolescente avec laquelle elle a une « bonne complicité », « très intelligente », douée en mathématiques notamment, la spécialité de son père, maître de conférences. Impliquée à Ablon, où elle a fait partie du conseil municipal des jeunes il y a deux ans.

Dimanche soir, le parquet du tribunal de Créteil a indiqué que des recherches « assidues » étaient menées et « qu'aucune hypothèse » n'était « à exclure ». Ses proches pourraient bientôt organiser une marche avec la volonté que les recherches ne retombent pas.

Toute personne susceptible d'apporter des éléments peut contacter le commissariat de Choisy-le-Roi au 01.48.90.15.15.