Val-de-Marne : Gravity cake aux M&M's, macarons... Patrice sera-t-il le meilleur pâtissier de M6 ?

Ce chef de projet digital de 49 ans qui habite à Saint-Maur participe à l’émission de M6 « Le meilleur pâtissier », diffusé à partir de ce mercredi.

 Patrice, candidat au Meilleur Pâtissier, est devenu un expert en macarons.
Patrice, candidat au Meilleur Pâtissier, est devenu un expert en macarons. DR

Si son fils n'avait pas répondu «des macarons», un jour où Patrice lui demandait ce qu'il voudrait pour le goûter, il n'aurait peut-être jamais découvert sa passion. Et n'aurait pas eu l'occasion de concourir dans l'émission «Le Meilleur pâtissier», diffusé sur M 6 à partir de ce mercredi.

Patrice Hadmar, Saint-Maurien de 49 ans, n'avait jamais touché une maryse, un moule en silicone ou une poche à douille avant ce défi lancé par son fils unique. Un challenge qui lui a fait découvrir le plaisir de mélanger sucre glace, œuf et amandes en poudre et d'obtenir de quoi offrir du plaisir à son entourage.

«Une façon de m'évader, de m'isoler, avec un objectif à atteindre»

Il y a quatre ans seulement, ses premiers macarons ont été un succès. « J'avais suivi un tuto vidéo sur Internet et j'étais bluffé par le résultat, se souvient le candidat. Evidemment, les suivants étaient ratés, le macaron est capricieux, c'est bien connu. » Sauf qu'au lieu de baisser les bras, Patrice s'accroche et cherche à acquérir les bases de cette recette difficile. C'est d'ailleurs avec ses macarons, et grâce à son caractère jovial, que le candidat a convaincu les jurés de le laisser intégrer le concours du Meilleur Pâtissier.

Car depuis quatre ans, plus un week-end ne passe sans que Patrice se mette aux fourneaux. « Une façon de m'évader, de m'isoler, avec un objectif à atteindre », analyse le chef de projet digital. Malgré la petite cuisine qui va avec son appartement de 62 m2, le pâtissier amateur est devenu un expert, notamment en entremets. « Le premier que j'ai fait, à la mangue et la noix de coco et avec un insert, était réussi et m'a enfin permis de goûter des desserts comme je les aime, c'est-à-dire pas trop lourds », raconte celui qui n'est « pas du tout fan des crèmes au beurre », mais peut se mettre à pétrir à 22 heures si une idée arrive.

Repéré par la production sur Instagram

Désormais équipé d'un incontournable robot, de cercles et moules de toutes formes, Patrice pour qui « le chocolat est comme une drogue » s'est pris de passion pour les tartes, entremets et macarons, ses trois spécialités, qu'il aime « très esthétiques ».

Maintenant qu'il y a pris goût, et ses proches avec lui, Patrice ne va plus jamais déjeuner chez des amis ou de la famille sans amener le dessert. Dernièrement, il a réalisé des entremets pour le mariage d'un collègue, un number cake pour les 50 ans d'une amie, un sublime gâteau en forme de cœur rouge pour offrir à sa maman… Sans oublier le « gravity cake aux M&Ms » (un gâteau sur lequel semblent dégouliner des ingrédients) qui a valu un énorme succès à son fils pour un goûter avec des amis.

Patrice qui cuisine devant Mercotte et Cyril Lignac. Marie Etchegoyen/M 6
Patrice qui cuisine devant Mercotte et Cyril Lignac. Marie Etchegoyen/M 6  

Mais sa réputation a aussi dépassé son cercle de collègues et proches. Là encore, c'est à son fils de 15 ans, Anthéo, que Patrice doit d'avoir été repéré par la société de production de l'émission. « Comme mes gâteaux étaient de plus en plus nombreux, il m'a poussé à poster des photos de mes réalisations sur Instagram, ce que je fais depuis fin 2017 », précise le candidat du Meilleur Pâtissier. La production est tombée sur ses réalisations et l'a contacté.

« Je ne me lasse pas de voir les gens apprécier ce que j'imagine comme goûts ou textures »

Impossible pour l'instant d'en savoir plus sur son parcours dans l'émission sans briser le suspense des éliminations qui ont lieu semaine après semaine. Mais Patrice raconte avoir vécu « une expérience personnelle incroyable » et « pris beaucoup de plaisir à rencontrer des pâtissiers renommés ». Il partage désormais ce qu'il prenait avant pour « une phrase toute faite ». « La finalité c'est de faire plaisir. Je ne me lasse pas de voir les gens apprécier ce que j'imagine comme goûts ou textures. Si j'y mets tant de temps, d'amour, d'énergie, c'est pour ça », insiste le perfectionniste qui apprécie le côté précis et organisé de la pâtisserie.

Maintenant, Patrice a pris goût aux ateliers cuisine. Au point, si l'occasion se présentait, d'être prêt à lâcher son job pour animer des cours de pâtisserie « dans lesquels on apprendrait en se marrant ». Son prochain défi ? Se perfectionner dans la pâte levée feuilletée, « pour réussir les pains aux chocolats ». Gageons qu'une fois de plus, son fils Anthéo sera ravi de servir de testeur !