Val-de-Marne : cette start-up primée par l’Europe trace le poids des camions de chantiers et leurs déchets

Altaroad, fondée par d’anciennes élèves de Polytechnique, Télécom et HEC, a remporté un prix à 5 millions d’euros. Après ses débuts dans un incubateur parisien, elle a choisi un parc d’activités à Valenton pour grandir.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Altaroad, qui a démarré avec quatre personnes en 2017, emploie aujourd’hui une quinzaine de salariés.
Altaroad, qui a démarré avec quatre personnes en 2017, emploie aujourd’hui une quinzaine de salariés. DR

Une jolie pépite a choisi le Val-de-Marne et le petit parc d'activités Urbain Pro à Valenton pour s'épanouir depuis janvier : Altaroad. Cette start-up apporte une solution particulièrement prisée des acteurs du BTP : tracer les camions de chantier transportant des matériaux, suivre leurs remblais, évaluer leurs surcharges ou sous-charges… De quoi agir sur l'environnement, les dépôts sauvages, l'optimisation des trajets, la valorisation des déblais, etc.

Elle développe aussi un projet pour éviter que des camions surchargés ne s'engagent sur des ponts, au risque de les fragiliser voire, scénario catastrophe rarissime, de mener à leur effondrement comme ce fut le cas en Haute-Garonne en novembre 2019. Un poids lourd pesant près de 50 t s'était engagé sur un ouvrage d'art dont la capacité maximum était de 19 t. Bilan : deux morts.

« Ce sont les clients qui viennent nous chercher »

Altaroad est née en 2017 dans les laboratoires de l'École Polytechnique (Essonne). La jeune pousse a été créée par trois femmes à la tête bien faite : X, Télécom, HEC… Après avoir commencé avec quatre personnes, elle emploie aujourd'hui une quinzaine de salariés, séduit des clients renommés (Eiffage, Coteg du groupe Fayat, Vinci construction, Lafarge…) et a remporté le concours 2020 du conseil européen de l'innovation spécial environnement, doté d'un prix de 5 millions d'euros en subventions et capitaux propres.

Les capteurs d’Altaroad en entrée et sortie de chantier sont ces deux bandes posées sur le sol, très peu encombrantes. DR
Les capteurs d’Altaroad en entrée et sortie de chantier sont ces deux bandes posées sur le sol, très peu encombrantes. DR  

« Ce sont les clients qui viennent nous chercher car nous répondons à un besoin, explique Cécile Villette, directrice générale et cofondatrice d'Altaroad. Lorsqu'ils mènent un chantier sur un site contraint par exemple, impossible d'y déployer les ponts-bascules, ces grandes balances de trente mètres de long utilisées habituellement pour peser les chargements des camions. Nous, en revanche, pouvons y installer nos capteurs : deux bandes disposées dans un tapis mince posé à même la chaussée. Cette solution très flexible permet de peser les poids lourds en entrée et sortie de chantier, d'être sûr qu'ils n'ont pas de surcharge (en estimant un chargement à l'œil nu, on peut se tromper de plusieurs tonnes !), d'éviter des camions sous-chargés et donc plus de poids lourds sur nos routes. »

Utilisé sur le chantier de la future gare Noisy-Champs

Le dispositif est utilisé sur les travaux du Grand Paris Express pour la future gare de Noisy-Champs (ligne 15). Le responsable y apprécie « le faible encombrement qui libère de la place sur le chantier tout en minimisant le temps de mise en œuvre », ainsi que le suivi « facile et régulier des déblais évacués, à savoir entre 2 000 et 3 000 tonnes par jour ».

Loin d'être simplement une balance peu encombrante, Altaroad a créé aussi une plate-forme avec de l'intelligence artificielle pour détecter la plaque d'immatriculation, mesurer la vitesse du véhicule, suivre le trajet, le devenir des matériaux transportés. « Tout cela participe à l'économie circulaire, à la lutte contre les décharges sauvages, à l'optimisation des flux ».

Valenton, le 6 janvier. La jeune pousse a choisi le parc d’activités Urbain Pro à Valenton, séduite par sa desserte, ses tarifs et sa sécurisation. LP/Marine Legrand
Valenton, le 6 janvier. La jeune pousse a choisi le parc d’activités Urbain Pro à Valenton, séduite par sa desserte, ses tarifs et sa sécurisation. LP/Marine Legrand  

La jeune pousse était hébergée jusqu'à présent dans la capitale au sein de l'incubateur Paris & Co et son pôle Ville Durable. « Mais nous avions besoin de nous agrandir, de stocker davantage de matériels, d'accompagner notre croissance à l'international », explique Cécile Villette.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Un agent immobilier leur a proposé ce local à Valenton, où un entrepreneur vient de créer une petite zone d'activités idéalement agencée et située : Urbain Pro, rue Aminata-Traoré. Ce qui a séduit Altaroad ? Elle a pu y dénicher 120 m2 neufs à un loyer très accessible, une proximité avec l'autoroute et dans une enceinte sécurisée « rassurante ». Selon un observateur économique local, « la venue de la start-up est une preuve supplémentaire que des petits locaux d'activités peuvent accueillir des pépites technologiques », apprécie un observateur économique local.