Val-de-Marne : avec la Maison de Nora, les personnes en surpoids se sentent enfin chez elles

A Créteil, Nora Klein s’est entourée de professionnels pour pouvoir proposer un accompagnement sur tous les plans dans ce nouvel espace de bien-être. La formule séduit.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Créteil, le 26 janvier 2021. Nora Klein s’est associée les services d’un grand architecte d’intérieur pour transformer ces locaux en un espace de bien-être pour les personnes en surpoids ou souffrant d’obésité.
Créteil, le 26 janvier 2021. Nora Klein s’est associée les services d’un grand architecte d’intérieur pour transformer ces locaux en un espace de bien-être pour les personnes en surpoids ou souffrant d’obésité. LP/Gérald Moruzzi

Enfin se sentir bien, loin des regards stigmatisants et des jugements grossophobes. Bénéficier d'une véritable écoute, en étant guidé pas à pas par une série de professionnels aux petits soins, qu'ils interviennent dans le champ de la nutrition, de la psychologie ou du sport. Voilà ce que trouvent toutes celles et ceux qui poussent la porte de la Maison de Nora, un espace dédié aux personnes en surpoids ou souffrant d'obésité situé au 1er étage de la galerie commerciale de l'Echat, à Créteil ouvert récemment.

Ces locaux de 145 m², aménagés au sein d'une ancienne salle de sport, ont été pensés et façonnés spécialement pour elles. De l'accueil aux larges vestiaires ouvrant sur des douches individuelles, du boudoir à la cuisine et ses chaises adaptées à toutes les morphologies, en passant par les confortables canapés du salon et les toilettes, tout vise ici à plonger ces femmes et ces hommes dans une bulle de bien-être. Ils sont déjà une vingtaine à en profiter.

Du sur-mesure par un grand architecte d'intérieur

Nora Klein, la créatrice de cette structure soutenue notamment par le Réseau Entreprendre, n'a pas hésité à faire appel à l'architecte d'intérieur Pierre-Yves Rochon. Cette pointure, plus habituée à œuvrer pour de luxueux palaces à travers le monde et des restaurants gastronomiques, a mis son savoir-faire au profit de ce projet novateur. « Tout a été fait sur mesure, pour que les gens s'y sentent à l'aise », explique Marc Sandoz, le bras droit de Pierre-Yves Rochon, mobilisé tout au long du processus d'aménagement.

Bien avant cette ultime phase, il a fallu des années d'abnégation à Nora Klein pour donner vie et consistance à ses idées. Assistante durant près de vingt ans du professeur Jean-Marc Chevallier, l'un des précurseurs de la chirurgie de l'obésité en France, elle sait parfaitement ce que vivent au quotidien ces personnes en difficulté, évoluant pour une part d'entre elles en zone de danger. « J'ai vu leur détresse et leur solitude, mais aussi le regard qu'on leur porte dans la société et qui les met à l'écart », confie-t-elle.

De 8 heures à 16 heures d'ateliers par mois

Forte de ces nombreux témoignages, Nora Klein a en fait été presque poussée à créer ce havre de paix. « Lors des ateliers que je proposais, il fallait prévoir des salles, les chaises étaient rarement adaptées, c'était toute une logistique compliquée à mettre en place, avoue-t-elle. Les personnes que je rencontrais voulaient un lieu pour elles. Il existe désormais. »

Plusieurs formules d'abonnement sont proposées, mais aussi à distance en version digitale. Pour une durée de six mois minimum et de 89 euros (en tout distanciel) à 239 euros mensuels, les personnes s'inscrivent pour 8 heures à 16 heures d'ateliers par mois. Elles bénéficient notamment de l'appui, des lumières et de l'oreille attentive d'une nutritionniste et d'un coach sportif, d'un conseiller en image si elles le souhaitent. L'objectif est triple : se réconcilier avec le plaisir de manger, reprendre possession de son corps par une activité physique adaptée et retrouver enfin sa confiance en soi.

Un coach sportif accompagne les personnes qui se présentent dans cet espace pensé pour le bien-être. LP/Gérald Moruzzi
Un coach sportif accompagne les personnes qui se présentent dans cet espace pensé pour le bien-être. LP/Gérald Moruzzi  

Un long parcours de vie à accompagner

Cet accompagnement sur la durée répond à la fois à une demande et à une nécessité. C'est en effet souvent ce qui pêche sur le chemin pris par ces personnes en surpoids ou touchées par l'obésité. « La chirurgie n'est pas un geste miraculeux qui règle tous les problèmes, c'est un moment dans un parcours, souligne Jean-Marc Chevallier, qui compte parmi les premiers soutiens de Nora Klein. Il faut une préparation avant, une surveillance et un suivi après. »

Or, l'hôpital ne dispose pas des moyens suffisants pour suivre ces patients dans la durée. De fait, après leur passage sur la table d'opération, celles et ceux qui ne donnent pas suite et disparaissent des radars ne sont pas rares. « Les personnes opérées ne veulent pas toujours revoir des médecins, des blouses blanches, souvent parce qu'elles ont honte d'avoir repris du poids », explique ce spécialiste.

Médecin psychiatre travaillant depuis une vingtaine d'années auprès de patients en surpoids, Wioletta de Charry connaît bien cette part essentielle d'une maladie complexe. « Les facteurs psychologiques sont extrêmement importants dans l'installation de l'obésité, qui doit être vue comme un symptôme », souligne-t-elle.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Inversement, « les conséquences psychologiques de l'obésité, comme la perte de l'estime de soi, sont très importantes. » Voilà pourquoi « il faut beaucoup de temps », un suivi sur la durée et une prise en charge globale. « Il faudrait plus de Maison de Nora », sourit cette praticienne hospitalière, qui officie également en libéral.

Développer une offre pour le public adolescent

Dupliquer ce nouvel espace, c'est justement l'un des objectifs de Nora Klein, bien consciente qu'en France le surpoids concerne plus de 40 % des adultes. « Je me donne un peu plus d'un an pour cela », souffle, confiante, celle qui souhaite également développer une offre en direction du public adolescent, de plus en plus touché par l'obésité et de plus en plus tôt.

L'application pour smartphone « Nora et moi » (téléchargeable gratuitement sur Google Play ) sert d'ores et déjà de compagnon numérique pour de nombreuses personnes en quête de précieux conseils, d'articles scientifiques, de témoignages, de recettes aussi. « Je vais encore l'améliorer, glisse Nora Klein, entre deux rendez-vous. J'ai plein d'idées. »

«LES OPÉRATIONS, J'AI DÉJÀ DONNÉ»

Opérée voilà vingt ans alors qu’elle pesait 155 kg, Sabrine (à droite) témoigne de son parcours à Zina. LP/Gérald Moruzzi
Opérée voilà vingt ans alors qu’elle pesait 155 kg, Sabrine (à droite) témoigne de son parcours à Zina. LP/Gérald Moruzzi  

Motivée par 80 kg pesant au quotidien sur son dos et ses genoux endoloris, Zina n'a pas hésité à quitter son domicile de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour gagner Créteil et la Maison de Nora. Cette mère au foyer âgée de 53 ans le fera régulièrement ces prochains mois. « Je veux m'occuper de ma santé », confie celle qui a pris du poids à la suite d'un cancer du sein et de la chimiothérapie. « Et puis il faut dire que la cuisine algérienne est très riche », sourit-elle.

Souffrant également d'une apnée du sommeil qui l'oblige à être appareillée chaque nuit, Zina ne souhaite pas être opérée, mais coachée. « Les opérations, j'ai déjà donné, je veux perdre du poids grâce au sport », explique-t-elle, alors au côté de Sabrine, 48 ans.

Cette habitante des Hauts-de-Seine, opérée une première fois voilà vingt ans par le professeur Jean-Marc Chevallier alors qu'elle pesait 155 kg, intervient ici en tant que témoin. « Je peux dire que cela m'a sauvé la vie », estime la quadragénaire, passée plusieurs fois sur la table d'opération depuis.

Nutritionniste, gastro-entérologue, endocrinologue… Son parcours a été émaillé de nombreux rendez-vous auprès de différents spécialistes, et presque autant de régimes. « Il faut vraiment être suivi, c'est essentiel, pointe celle dont la balance n'annonce aujourd'hui jamais plus de 59 kg. Il y a vingt ans, j'aurais aimé être accompagnée dans un lieu comme la Maison de Nora. »

Renseignements sur www.lamaisondenora.com