Val-de-Marne : 1 600 places à créer dans les lycées

La zone de Choisy, Thiais, Orly et celle courant de Limeil-Brévannes à Villeneuve-Saint-Georges font partie des secteurs en tension en matière de places dans les lycées. Côté syndical, on n’est pas surpris et on réclame les moyens nécessaires.

 Villeneuve-le-Roi. Annoncé pour septembre 2022, le futur lycée Georges-Brassens accueillera 1 200 élèves contre 859 actuellement.
Villeneuve-le-Roi. Annoncé pour septembre 2022, le futur lycée Georges-Brassens accueillera 1 200 élèves contre 859 actuellement. ©TaoArchitectes

Dans le Val-de-Marne aussi, il va falloir faire de la place pour accueillir dans de bonnes conditions les futurs lycéens. Si la région Ile-de-France doit préparer l'arrivée de 30 600 lycéens d'ici 2030, une partie d'entre eux viendront investir en nombre le 94. L'effort régional s'avérera d'autant plus nécessaire qu'une nouvelle étude prévoit la nécessité de créer 9 000 places supplémentaires dans les lycées franciliens dans neuf territoires.

Sur ces 9 000 places à créer, 1 200 devront l'être dans une zone s'étendant de Choisy-le-Roi à Villeneuve-le-Roi, en passant par Thiais et Orly, 400 dans une autre zone courant de Limeil-Brévannes à Villeneuve-saint-Georges.

Au lycée de Villeneuve-le-Roi, bientôt 341 élèves de plus

Dans le département, les travaux de construction, de rénovation et d'extension vont bon train, afin de préparer l'avenir. A Villeneuve-le-Roi, une enveloppe de 60 M€ a été allouée au chantier de démolition, de désamiantage et à celui visant à reconstruire le futur lycée Georges-Brassens. « Cela avance bien », souligne Didier Gonzales, maire (LR) de Villeneuve-le-Roi.

L'objectif est d'accueillir les élèves à partir de la rentrée de septembre 2022. A cette date, l'établissement comptera « 1 200 élèves, contre 859 actuellement », indique l'élu, qui pointe de fortes attentes dans ce secteur du Val-de-Marne. « Le lycée accueille des enfants de Villeneuve-le-Roi, mais aussi d'Ablon-sur-Seine, Villeneuve-Saint-Georges et Orly », détaille-t-il.

Pas assez de moyens selon le SNES-FSU 94

Co-secrétaire départementale du SNES-FSU 94 et professeure d'histoire-géographie à Ivry-sur-Seine, Caroline Quiniou n'est pas surprise par cette projection en termes de nombre de places dans les lycées. « Très dynamique, le département reste très attractif, souligne-t-elle. Nous sommes en outre toujours en train d'absorber le pic démographique des années 2000 à 2010. »

La situation ne se traduit pas, selon elle, par des moyens à la hauteur. « A la rentrée de septembre, par exemple, 3 000 élèves de plus investiront les lycées du département, indique-t-elle. Mais il n'y aura pas les postes de professeurs correspondants. »