«Une agression odieuse» : le directeur d’un bailleur social du Val-d’Oise tabassé en sortant de chez lui

S’agit-il de représailles ? Salah Lounici, directeur général d’AB Habitat, qui gère des HLM d’Argenteuil et Bezons, a été frappé à coups de barre de fer en sortant de son domicile à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne).

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Attaqué tôt lundi matin, le directeur général d’AB Habitat a été blessé notamment aux bras et aux jambes. Il serait depuis sorti de l’hôpital.
Attaqué tôt lundi matin, le directeur général d’AB Habitat a été blessé notamment aux bras et aux jambes. Il serait depuis sorti de l’hôpital. Lansy Sessié

L'agression pourrait être liée à ses fonctions. Salah Lounici, directeur général du bailleur social AB Habitat dans le Val-d'Oise et ancien directeur d'ICF Habitat La Sablière pour le Val-de-Marne et l'Essonne, a été agressé violemment alors qu'il sortait de son domicile à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne).

Les faits ont été aussi rapides que violents. Lundi matin, vers 6h30, le quinquagénaire quittait son logement et rejoignait sa voiture pour se rendre sur son lieu de travail, à Bezons, quand deux hommes ont surgi de nulle part en sa direction. Ils se sont mis à le tabasser à coups de barre de fer. L'homme a été blessé, notamment aux bras et aux jambes.

Ni sa voiture, ni son portefeuille n'ont été volés

Les malfaiteurs ne lui ont dérobé aucun bien. Ni son portefeuille, ni son téléphone, ni son véhicule. L'enquête n'exclut pas que le métier de Salah Lounici soit à l'origine de cette attaque. Il a déposé plainte. Cet ancien conseiller municipal de Périgny-sur-Yerres se demande si ses agresseurs voulaient peut-être également lui dérober sa voiture. Selon nos informations, il est désormais sorti de l'hôpital.

Salah Lounici dirige AB Habitat depuis avril 2018. Cette coopérative HLM est l'un des principaux bailleurs sociaux du Val-d'Oise, avec presque 12000 logements répartis entre Argenteuil et Bezons. Elle emploie 260 salariés et héberge près de 30000 personnes, pour 25425 demandes de logements enregistrées fin 2019.

La grande majorité des locataires vivent dans des quartiers prioritaires politique de la ville. Pour lutter contre les tapages, squats, tapages et trafics, AB habitat a signé en 2019 – comme d'autres bailleurs – une convention avec la police permettant de faciliter l'expulsion des locataires perturbant la tranquillité des résidences.

Un appel à retrouver les coupables rapidement

Les réactions de soutien se multiplient autour du directeur. Dominique Lesparre, président d'AB Habitat et ancien maire (PCF) de Bezons, a publié ce mardi une vidéo dans laquelle il « condamne sévèrement » ces « violences incompréhensibles ». Il compte sur « la police et la justice pour retrouver rapidement les agresseurs et les punir. Nous pensons que, sur une agression de cette nature, il doit y avoir des traces et des éléments permettant à la police et à la justice de trouver les instigateurs de tels actes ».

Fiona Lazaar, députée (LREM) de la 5e circonscription du Val-d'Oise, a pu joindre Salah Lounici. Elle condamne « avec la plus grande fermeté cette agression odieuse et appelle à ce que la lumière soit faite très vite sur les circonstances de ce drame. Les responsables doivent répondre de leurs actes devant la justice ».