Municipales : à Marolles-en-Brie, la maire (LR) Sylvie Gérinte (LR) cristallise les critiques de l’opposition

Alphonse Boye et Martine Harbelot, les deux candidats qui affrontent la maire sortante, dénoncent sa manière de fonctionner.

 Marolles-en-Brie. Sylvie Gérinte est maire de Marolles depuis 2014.
Marolles-en-Brie. Sylvie Gérinte est maire de Marolles depuis 2014. DR

Sylvie Gérinte (LR) saura-t-elle passer entre le flot de critiques qui s'abat sur elle? La maire de Marolles-en-Brie (Val-de-Marne) brigue un deuxième mandat. LR et l'UDI lui ont accordé leur investiture et soutien respectifs. Mais sa personnalité et sa manière de gérer la commune crispent certains. Depuis 2015, elle a perdu six membres de sa majorité. Plusieurs dizaines d'agents ont quitté la ville. La chef de la police municipale vient à son tour de partir.

Repères

Population : 4948 habitants

Sièges à pourvoir : 27.

Maire sortant : Sylvie Gérinte (LR), 64 ans. Un mandat.

Têtes de liste déclarées : Sylvie Gérinte (LR) ; Alphonse Boye (SE) ; Martine Harbulot (SE).

Résultats 2014: Sylvie Gérinte (UD) ELUE, 57,24 % ; Emmanuel Bezançon (DVD), 42,76 %.

« Tous ces départs sont un indicateur sur la manière de faire de Madame Gérinte », analyse Alphonse Boye (SE), élu d'opposition, ex-membre de la majorité et candidat à la tête d'une liste rassemblant différentes nuances politiques. « Avec elle, les relations ne sont pas respectueuses », résume Martine Harbulot (SE), une autre tête de liste, dans l'opposition depuis 2008.

Ex-membre de la majorité, Alphonse Boye est à la tête d’une liste rassemblant différentes nuances politiques. /DR
Ex-membre de la majorité, Alphonse Boye est à la tête d’une liste rassemblant différentes nuances politiques. /DR  

Ils lui reprochent aussi certains choix comme avoir quitté le projet de police pluri-communale du plateau briard, inaugurée fin janvier, car jugé trop cher. « L'union aurait fait la force », regrette Martine Harbulot. « Pendant ce temps, la police lancée par Sylvie Gérinte ne fonctionne pas », ajoute Alphonse Boye.

Elle balaie les critiques

Sylvie Gérinte balaie les autres critiques. Les départs dans sa majorité ? « Ça arrive dans toutes les villes. » Le turnover des agents ? « Il fallait alléger la charge salariale », évoquant des départs en retraite et des fins de postes contractuels non remplacés, des démissions d'agents partant dans le privé, des mutations voulues et le recours à des sous-traitants pour réduire le poids du personnel dans le budget.

Martine Harbulot, dans l’opposition depuis 2008, est tête de liste. /DR
Martine Harbulot, dans l’opposition depuis 2008, est tête de liste. /DR  

« Mes opposants attaquent ma personne car ils n'ont rien à dire sur mon bilan ou mon programme : finances assainies, ville modernisée, des projets sur le développement durable, la démocratie locale et le numérique. »

Alphonse Boye mise sur une liste composée de gens « avec de très grandes compétences : un policier, une infirmière, des parents d'élèves, des présidents d'association… ». Martine Harbulot, quant à elle, fait valoir son expérience et sa connaissance des dossiers après douze années dans l'opposition.