Meurtre en plein jour à Cachan : huit douilles retrouvées, les deux suspects toujours en fuite

Malick, âgé de 29 ans et très défavorablement connu de la police, a été tué par balles lundi à la Plaine, au volant de sa voiture par deux hommes à scooter. L’hypothèse du règlement de comptes est privilégiée.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Cachan, lundi 22 février. Malick, 29 ans, un jeune qui vit entre Cachan et le Mont-Mesly à Créteil a été tué de plusieurs balles au volant de sa voiture, en plein après-midi.
Cachan, lundi 22 février. Malick, 29 ans, un jeune qui vit entre Cachan et le Mont-Mesly à Créteil a été tué de plusieurs balles au volant de sa voiture, en plein après-midi. LP/Marine Legrand

Le quartier de la Plaine à Cachan s'est réveillé dans une torpeur funeste, ce mardi matin. La veille, vers 16h45, un jeune du quartier a perdu la vie avenue de la Division-Leclerc dans ce qui s'apparente à une exécution en règle.

La victime s'appelait Malick. Il avait 29 ans et vivait entre Cachan et le Mont-Mesly à Créteil. Sa maman et ses frères résident à deux pas de l'endroit où il s'est fait abattre de plusieurs balles dans le corps, froidement, par deux hommes à scooter.

L'homicide s'est déroulé lundi vers 16h45, devant le supermarché Carrefour Market et le centre de coworking La Fabrique. Malick est assis derrière le volant de sa Peugeot 1007 quand, soudain, deux hommes surgissent. Leur visage est dissimulé par des casques de moto. Ils tirent sur leur cible à plusieurs reprises. Les policiers retrouveront huit douilles de calibre 9 mm au total.

Cachan (Val-de-Marne), lundi 22 février. Les policiers ont retrouvé huit douilles sur les lieux du crime, avenue de la Division-Leclerc. LP/M.L.
Cachan (Val-de-Marne), lundi 22 février. Les policiers ont retrouvé huit douilles sur les lieux du crime, avenue de la Division-Leclerc. LP/M.L.  

Cinq balles atteignent Malick, qui tombe inanimé en travers de l'habitacle de sa voiture. Immédiatement, une foule se précipite autour de lui pendant que d'autres vont chercher du secours. Sa petite amie, une femme de 28 ans, accourt aussi peu après.

Un scooter T-Max à vive allure filmé par des témoins

Les témoins parviennent rapidement à arrêter une ambulance qui passait par là et à faire venir le responsable de la pharmacie voisine. Pendant ce temps, les deux suspects prennent la fuite en courant puis montent à bord d'un puissant scooter de type T-Max. Celui-ci sera même filmé par un témoin roulant à très vive allure un peu plus loin.

Les deux ambulancières et le pharmacien, au téléphone avec le Samu, extraient de la Peugeot le corps du jeune homme toujours inconscient. Une adjointe au maire, qui sortait de chez Carrefour, les aide à allonger la victime sur le sol. Les trois secouristes entament un massage cardiaque à tour de rôle jusqu'à l'arrivée des sapeurs-pompiers puis de l'ambulance de réanimation.

Ils tenteront de le sauver durant près d'une heure avant de finir par se résigner et de déclarer son décès vers 17h30.

Pas de garde à vue pour l'instant

Les riverains, hébétés, décrivent tous un quartier tranquille mais touché par les trafics de drogue. « Je suis sûre que ce jeune homme était lié à des histoires de stupéfiants », confie une habitante. Selon nos informations, il était très défavorablement connu de la justice et des services de police.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Les agents de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris, qui ont été chargés de l'enquête, sont toujours à la recherche des auteurs de ce règlement de comptes. Aucune garde à vue n'était en cours ce mardi dans cette affaire.

Une cellule d'aide psychologique mise en place

Dès lundi soir, la mairie de Cachan et l'hôpital Henri-Mondor de Créteil ont ouvert une cellule d'urgence médico-psychologique afin de soutenir la population, éprouvée par ce drame survenu en pleine rue et en plein après-midi.

La maire Hélène de Comarmond (PS), les élus et les agents de la ville « s'associent à la douleur de la famille de la victime et leur présentent leurs sincères condoléances ». « Ils partagent l'émotion des témoins du drame, des habitants du quartier et de l'ensemble des Cachanais. Ils condamnent fermement ce crime. Ils ont également demandé à la Police Nationale que des renforts soient affectés pour assurer la sécurité publique. »

Cellule d'urgence médico-psychologique : 01.45.17.95.09 du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures et au 01.45.17.95.66 après 17 heures, le samedi et le dimanche.