Limeil : 4 hectares de la forêt de la Grange touchés par un incendie

Les sapeurs-pompiers ainsi que l’office national des forêts étaient toujours en surveillance jeudi après cet incendie dont on ne connaît pas encore l’origine.

 Limeil-Brévannes, jeudi. Un incendie a ravagé plusieurs milliers de mètres carrés dans le bois de la Grange.
Limeil-Brévannes, jeudi. Un incendie a ravagé plusieurs milliers de mètres carrés dans le bois de la Grange. LP/F.D.

Au pied d'un arbre une petite volute de fumée, et au bord du chemin qui mène à cet endroit, des réserves d'eau et le reste d'un gâteau au chocolat. Sans doute le réconfort trouvé par les sapeurs-pompiers mobilisés plusieurs heures mercredi pour un incendie survenu au cœur de la forêt de la Grange sur le territoire de Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) et qui a touché 4 hectares de végétation. Un incendie dont on ne connaît pas pour l'heure l'origine.

Sur les traces des pompiers intervenus mercredi après-midi pour éteindre un incendie au cœur de la forêt de la Grange. LP/F.D.
Sur les traces des pompiers intervenus mercredi après-midi pour éteindre un incendie au cœur de la forêt de la Grange. LP/F.D.  

Il a nécessité l'intervention d'environ 80 pompiers qui avaient installé leur poste de commandement sur le parking face à l'école Picasso et où avaient été affichées des cartes de cette forêt dont les 376 ha se situent à cheval sur le Val-de-Marne et l'Essonne. La veille, la ville de Limeil avait d'ailleurs assuré qu'il n'y avait « aucun risque » pour les enfants du centre de loisirs de l'école Picasso.

Pour faciliter le travail des pompiers, plusieurs accès avaient rapidement été fermés et notamment une partie de l'avenue de Valenton. Jeudi, l'accès réservé aux soldats du feu sur le rond-point près de l'école Picasso pour entrer dans la forêt était d'ailleurs toujours ouvert.

Jeudi matin, les pompiers se trouvaient toujours en surveillance dans le secteur de l’incendie. « Ne vous étonnez pas de voir les pompiers encore sur place aujourd’hui », a indiqué sur les réseaux sociaux dans la matinée la maire Françoise Lecoufle.LP/F.D.
Jeudi matin, les pompiers se trouvaient toujours en surveillance dans le secteur de l’incendie. « Ne vous étonnez pas de voir les pompiers encore sur place aujourd’hui », a indiqué sur les réseaux sociaux dans la matinée la maire Françoise Lecoufle.LP/F.D.  

« Ne vous étonnez pas de voir les pompiers encore sur place aujourd'hui, a indiqué sur les réseaux sociaux dans la matinée la maire Françoise Lecoufle (LR). Ce matin les opérations de reconnaissances continuent pour s'assurer que toutes les parcelles sont effectivement sécurisées. »

L'Office national des forêts, son gestionnaire, s'y trouvait également ce jeudi matin notamment pour effectuer des relevés de terrain. « Au total, près de 4 ha de végétation ont été touchés, sur une parcelle ayant déjà été incendiée il y a plusieurs années, rappelle-t-il. L'origine de l'incendie n'est, à cet instant, pas connue ».

C'est le technicien forestier territorial de l'ONF chargé de ce massif qui « s'est rendu sur place auprès des pompiers pour les appuyer » car « une surveillance est maintenue sur place afin de couvrir les éventuelles reprises à certains endroits ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

L'ONF invite par ailleurs le public « à ne pas se rendre sur place » et a interdit l'accès à l'une des parcelles, la numéro 6, dans la mesure où les « risques de chutes de branches ou d'arbres fragilisés par le feu » existent toujours.

En début de semaine les élus de Limeil-Brévannes, Yerres et Villecresnes s'étaient justement rendus dans cette forêt pour protester contre l'abattage de nouveaux châtaigniers estimant que ce bois mérite « un travail de dentelle ». L'ONF par la voix du directeur de l'agence territoriale Ile-de-France Est de l'ONF Pierre-Edouard Guillain évoque, lui, une « exploitation raisonnée » qui permet, dit-il, aux forêts de « traverser les siècles ».