Les parents délèves d’Arcueil occupent le bureau du directeur

Les parents d’élèves réclament une cinquième classe à l’école Louise-Michel d’Arcueil dont ils occupent le bureau du directeur depuis le 9 octobre.

 Arcueil, ce jeudi. Les parents d'élèves occupent le bureau du directeur de l'école maternelle Louise-Michel depuis vendredi dernier pour réclamer une cinquième classe.
Arcueil, ce jeudi. Les parents d'élèves occupent le bureau du directeur de l'école maternelle Louise-Michel depuis vendredi dernier pour réclamer une cinquième classe. DR

Ils se relaient de 8 heures jusqu'à parfois plus de 22 heures depuis vendredi dernier. Par groupes de sept ou huit, ils sont vingt-sept parents mobilisés pour obtenir une cinquième classe à occuper le bureau du directeur de l'école Louise-Michel d'Arcueil.

Dans cette école maternelle située dans un quartier sensible de la ville, les élèves sont 29 par classes. Et depuis la rentrée, « jusqu'à 37 lorsqu'un remplaçant n'est pas nommé » par l'administration. Un cas de figure récurrent en cette période de crise sanitaire.

Réunis dans un collectif indépendant, les parents d'élèves se sont réveillés un peu tard. Après que la carte scolaire n'a été définitivement adoptée le 18 septembre. Et bien après les mobilisations des syndicats enseignants et des parents qui ont émaillé le printemps et cette rentrée un peu partout dans le Val-de-Marne pour réclamer plus de moyens. Mieux, un plan de rattrapage pour les écoles du département. Resté lettre morte jusqu'au ministère.

Ils envisagent une grève de la faim

N'empêche, depuis le 21 septembre et une première manifestation devant l'école Louise-Michel, ils se sont organisés face à la hausse des effectifs. Et se sont radicalisés au point d'envisager aujourd'hui, en ce quatrième jour d'occupation du bureau du directeur, à envisager pour certain « une grève de la faim » pour permettre aux élèves de suivre leur scolarité dans de meilleures conditions.

« Nos enfants sont des chiffres, nous tombons des nues quand l'inspection nous répond qu'il s'agit d'un problème d'organisation de l'équipe enseignante, s'étouffe Delphine, maman d'une élève de grande section qui sort tout juste d'une audience avec l'inspectrice de secteur. Les enseignants font comme ils peuvent, mais je suis désespérée quand ma fille me raconte le soir qu'elle n'a fait que du dessin parce qu'ils étaient 37 dans la classe ce jour-là ».

Des conditions d'enseignement « difficiles pour les enseignants », comme le relaient les parents d'élèves, tandis que ces derniers, soumis au devoir de réserve, préfèrent ne pas commenter la situation. L'école accueille plusieurs enfants hébergés dans un hôtel social à proximité, mais aussi des élèves en situation de handicap.

Contactée, la direction départementale de l'Education nationale n'a pas donné suite. Tandis que la mairie d'Arcueil soutient les parents d'élèves. Le maire Christian Métairie (EELV) s'est rendu sur place en début de semaine.