Les Hôpitaux de Saint-Maurice envisagent de céder 6 hectares de leur patrimoine foncier

Les bâtiments de l’hôpital Esquirol pourraient être vendus à un promoteur. L’opération devrait permettre de financer une opération de restructuration et de modernisation des structures accueillant les patients. La partie cédée accueillerait des logements.

 Une partie du vaste ensemble immobilier des hôpitaux de Saint-Maurice devrait être vendue à des promoteurs.
Une partie du vaste ensemble immobilier des hôpitaux de Saint-Maurice devrait être vendue à des promoteurs. LP/C.N.

Restructurer le patrimoine et moderniser le parcours de soins, sont les maîtres mots des hôpitaux chapeautés par l'Agence régionale de santé (ARS). Ainsi, pour atteindre ces objectifs, les Hôpitaux de Saint-Maurice (HSM), qui s'étendent sur 30 hectares, s'apprêtent à céder une parcelle de 6 hectares située au sud de leur site, soit les bâtiments historiques de l'hôpital Esquirol dédiés à la psychiatrie.

« A la fin du mois d'août dernier, nous avons publié un avis d'appel public à concurrence pour qu'un cabinet puisse nous assister dans cette opération de valorisation foncière du site », confirme Nathalie Pénègre, directrice du Groupement hospitalier de territoire (GHT) 94 Nord, qui regroupe les Hôpitaux de Saint-Maurice et celui des Murets, à La Queue-en-Brie. « L'ensemble sera discuté avec l'ARS vers la fin du 1er semestre 2021 », précise-t-elle, jugeant que le « sujet est un peu prématuré ».

«Mon but premier est la restructuration hospitalière»

Les 6 hectares d'Esquirol entrant dans ce projet, sont aujourd'hui accessibles par la rue du Val-d'Osne et celle du Maréchal-Leclerc. Ils incluent le bâtiment des communs, la cour d'honneur, les bâtiments A et D et la crèche, comme les voiries et espaces verts qui les cernent.

« Mon but premier est la restructuration hospitalière », rappelle la directrice qui veut regrouper l'ensemble de l'offre de soins sur le site de l'Hôpital national, au nord du périmètre, et sur le haut du site Esquirol. Ce qui suppose la libération de ces différents locaux au sud, mais aussi la construction d'un bâtiment neuf pour la psychiatrie, au nord. La cession des uns financerait la création de l'autre.

La section des HSM au nord conservera le site Hôpital national avec ses soins de suite et de réadaptation de l'enfant et de l'adulte, le pôle de traitement de l'insuffisance rénale chronique et la maternité.

Vers des logements sociaux et en accession à la propriété ?

La cession des 6 hectares sur un site plutôt calme, un terrain en pente donnant sur un horizon dégagé avec vue sur la Marne, pourrait bien plaire aux promoteurs. Mais le site dans son ensemble est classé à l'inventaire des bâtiments historiques, donc soumis à des obligations particulières. Pas question de destruction et de constructions neuves, mais plutôt une réhabilitation et un aménagement des bâtiments qui pourraient bien se transformer en quelque 500 logements sociaux et en accession à la propriété, et en résidence pour seniors.

Pour Igor Semo, maire (LR) de Saint-Maurice, ce projet devrait être discuté avec les HSM, car il s'agit d'un vrai projet de ville. « L'arrivée des familles, comme des seniors aura des conséquences sur nos équipements publics que les unes et les autres fréquenteront et nous devrons également gérer les espaces publics, les espaces verts et la voirie. »

Un projet «à la fois inquiétant et passionnant»

Un autre point important est abordé dans la revalorisation du patrimoine hospitalier : celui de l'Enclos des jardiniers. Une parcelle indépendante de 5000 m² située sur le haut du site Esquirol qui, selon les HSM « serait susceptible d'être cédée dans l'éventualité d'un projet distinct avec les maires de Saint-Maurice et Charenton ». Sur cet emplacement pourrait naître une centrale de production de géothermie destinée à alimenter en chauffage entre 7000 et 10 000 logements dans les deux villes, jusqu'au futur quartier Charenton-Bercy.

Ce projet, que le maire de Saint-Maurice juge « à la fois inquiétant et passionnant », devra aussi entraîner une modification du PLU. Un sujet qui aura de quoi nourrir une future réunion avec la direction des HSM. « Elle devrait avoir lieu début octobre », assure Nathalie Pénègre. Mais qui sera probablement inscrit au prochain conseil municipal de la ville, qui aura lieu le 15 octobre.