Val-de-Marne : 24 clients verbalisés, le patron du Bonneuillois dépassé par les événements

Ce dimanche, 24 personnes ont été contrôlées à l’intérieur d’un bar de Bonneuil-sur-Marne. Le patron a été placé en garde à vue.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Bonneuil-sur-Marne, lundi matin. La veille dans l’après-midi, les policiers ont contrôlé 24 clients sans masque dans ce bar-PMU. Le patron a été placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui.
Bonneuil-sur-Marne, lundi matin. La veille dans l’après-midi, les policiers ont contrôlé 24 clients sans masque dans ce bar-PMU. Le patron a été placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui. LP/Sylvain Deleuze

« Je suis le dindon de la farce dans cette affaire », n'en revient toujours pas Amar Belkhelfa, le patron du PMU multiservice, le Bonneuillois. Dimanche après-midi, les policiers ont effectué un contrôle dans cette allée Edith-Piaf, avec ses quelques boutiques dans le quartier du Colonel-Fabien, à Bonneuil-sur-Marne. Ils sont tombés sur 24 personnes dans son établissement qui ont été verbalisées, notamment pour participation à un rassemblement non autorisé. Lui, menottes aux poignets, a été emmené au commissariat de Créteil et placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui.

Après plus de 24 heures passées au poste, il est ressorti libre selon ses dires, sans aucune poursuite. Cette après-midi-là, dans cet établissement qui sert des cafés, des thés et des boissons non alcoolisées, près d'une dizaine de personnes suivent une course pour le quinté à Vincennes.

Sans masque, ils pénètrent dans sa boutique à l'arrivée de la police

« Je peux accueillir 10 personnes à l'intérieur, précise le patron. J'étais dans l'arrière-boutique pour récupérer un colis pour un client quand plus d'une dizaine de personnes sans masque, ont fait irruption à l'intérieur de l'établissement. »

Déboussolé, Amar Belkhelfa, ne comprend pas ce qu'il se passe. « Ils se sont rués pour demander des masques que je vends alors que la police effectuait des contrôles dans le quartier, raconte-t-il. Je n'ai rien vu venir et il a fallu que je fonce à la porte car l'un d'eux la bloquait pour empêcher la police de rentrer. »

«C'était tendu, il a fallu que j'en calme certains»

Une fois dans la boutique multiservice, les policiers ont bloqué l'issue pour éviter aux contrevenants de sortir.

« C'était tendu, il a fallu que j'en calme certains pour éviter que cela ne dégénère, relate le patron. Franchement, je n'ai rien pu faire d'autre. »

Finalement après s'être expliqué auprès des enquêteurs, il a pu rentrer chez lui. « Ils ont pu visionner les images de vidéosurveillance qui prouvaient ma bonne foi, explique-t-il avant d'insister : On n'a jamais été fermé car les gens viennent récupérer des colis, on vend la presse… J'ai mis du gel hydroalcoolique partout. »

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Dans son établissement, une partie du bar est d'ailleurs condamnée par des chaises retournées et posées dessus. Les tables sont entassées dans un coin.