Législative partielle du Val-de-Marne : les écolos partent divisés

Abdallah Benbekta (EELV, suspendu pour le moment), élu de la nouvelle majorité de Vitry, est le 9e candidat. Il se présente en «élu de terrain» face à la secrétaire nationale adjointe d’EELV Sandra Regol. Le parti lui demande de retirer sa candidature.

 Neuf candidats ont émergé pour devenir député de la 9e circonscription du Val-de-Marne. Parmi eux, deux candidats EELV : Sandra Regol et Abdallah Benbetka.
Neuf candidats ont émergé pour devenir député de la 9e circonscription du Val-de-Marne. Parmi eux, deux candidats EELV : Sandra Regol et Abdallah Benbetka. DR

Le 1er juillet, il évoquait un « accord en cours de discussion » autour de sa candidature. Abdallah Benbetka plaidait pour « une candidature titulaire attribuée à EELV », avec une « personnalité, issue de la circonscription, en capacité de défendre les valeurs des deux partis et disposant de la confiance du PCF ».

Deux mois plus tard, c'est Pierre Bell-Lloch (PCF) qui a pris la tête de la mairie de Vitry et non Jean-Claude Kennedy (PCF), Abdallah Benbetka a été suspendu de son parti et les deux mains suffisent tout juste pour compter les candidats à l'élection législative partielle du Val-de-Marne.

Neuf candidats déclarés

Car ce sont bien neuf candidats et non huit qui se présentent pour devenir député de la 9e circonscription du Val-de-Marne (Alfortville-Vitry). Avec cette précision que du côté de la préfecture du Val-de-Marne, on indique que les candidatures ne sont pas encore « définitives » car l'arrêté officiel n'avait pas encore été publié ce mardi soir.

« J'ai décidé d'être candidat car il y a un réel travail à faire à Alfortville et Vitry et nous avons besoin d'inscrire l'écologie sur cette circonscription », explique Abdallah Benbetka, dernier candidat à être sorti du chapeau avec Rachida Kabbouri élue EELV de Vitry comme suppléante.

Ce alors qu'EELV a désigné récemment la secrétaire nationale adjointe d'EELV Sandra Regol, avec une membre de la Fabrique - Vitry en Mieux comme suppléante.

Un candidat suspendu par son parti

Or c'est précisément pour avoir « parlé de sa candidature sans en avoir le mandat » il y a deux mois qu'Abdallah Benbetka, par ailleurs nouvel élu de la majorité municipale à Vitry, a été suspendu par le parti. Une suspension que ce dernier conteste, expliquant qu'il « se portait candidat pour être candidat », un désaccord qu'il compte porter en justice, alors que son cas doit être tranché le 22 septembre lors du prochain conseil politique régional.

« Il a été suspendu en urgence, il est désormais convoqué pour un contradictoire », indique la secrétaire régionale d'EELV Sophie Nicklaus sur le point de lui transmettre un courrier pour lui demander de « retirer sa candidature », que le parti explique avoir découverte « au moment du dépôt en préfecture ». « S'il ne le fait pas, ce sera un deuxième motif d'exclusion », poursuit Sophie Nicklaus.

Abdallah Benbetka explique, lui, maintenir sa candidature « parce que les modalités de désignation n'ont pas été respectées ». « Il y a eu une absence totale de respect du règlement, le parti n'a pas réuni les groupes locaux pour leur demander leur avis alors que c'est celui qui prône le plus la démocratie participative », observe-t-il. « Je ne suis pas dans une volonté de nuire à EELV, assure le candidat. Mais on peut parler de parachutage lorsqu'un candidat ne connaît pas les enjeux de Vitry ».

«Besoin d'un candidat d'une envergure nationale»

« Ce périmètre n'est pas suffisant, nous avons besoin de quelqu'un qui ait une envergure nationale », insiste de son côté Sophie Nicklaus. A quoi il faut ajouter le fait que les écologistes de Vitry se déchirent depuis plusieurs mois.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Cette dernière rappelle que dans le cas d'une élection législative le processus de désignation se fait « au niveau national », après « consultation » du niveau régional et local. « Et on est en général absolument écoutés », précise la secrétaire régionale. La responsable EELV d'Alfortville, sollicitée à propos de l'élection, a indiqué n'avoir « rien à dire » sur ce sujet.

Pour Frédéric Bourdon de la Fabrique Vitry en Mieux, Abdallah Benbetka « ne représente que lui-même ». « La dynamique écolo, c'est la Fabrique qui l'a insufflé, le résultat des municipales (NDLR : 26,07% des voix) est clair ». Et l'élu (sans étiquette) va plus loin : « Sa candidature incarne comme celle de Fatmata Konaté (PCF) le putsch qui a eu lieu à Vitry. C'est le même sac. »