Le téléphérique entre Créteil et Villeneuve-Saint-Georges profitera du plan de relance

Ile-de-France mobilités doit signer en octobre la convention de financement pour le premier téléphérique de la région : le Câble A-Téléval.

 Limeil-Brévannes. La future station Emile-Combes du Câble A-Téléval
Limeil-Brévannes. La future station Emile-Combes du Câble A-Téléval IDF Mobilité

C'est le projet parfait : écolo et déjà sur les rails. Le Câble A-Téléval remplit tous les critères pour profiter des subsides de l'Etat ouverts dans le cadre du plan de relance.

« C'est un exemple, oui », confirme le préfet du Val-de-Marne, sondé sur le sujet, à l'occasion de son déjeuner de rentrée devant la presse.

Le premier téléphérique de la région Ile-de-France, qui reliera depuis les airs, Créteil à Villeneuve-Saint-Georges en 17 minutes, franchit une nouvelle étape. Et pas des moindres. Puisque dès octobre, le syndicat des transports en Ile-de-France, Ile-de-France mobilités (IDFM) estime être en capacité de signer la convention de financement du projet, soit 125 millions d'euros, apportés par l'Etat, la région et le département. Un an après, l'arrêté du préfet prononçant la déclaration d'utilité publique.

Sur de bons rails

Le coup de pouce du plan de relance «sécurise la participation de l'Etat», incertaine encore dans le cadre du contrat de plan Etat-région, selon IDFM.

Une bonne nouvelle pour tous les financeurs, qui ne voient plus quel obstacle pourrait entraver la bonne marche du Câble A. Même si des recours ont été déposés par l'association riveraine des Sarrazins-Sud à Créteil et la ville elle-même. Ils réclament une alternative notamment à cause du positionnement de la station de la Pointe du Lac, trop proche de leurs fenêtres, occasionnant nuisances sonores et visuelles. Malgré les engagements d'IDFM pour opacifier les cabines. Mais ces requêtes ne sont pas suspensives.

Résultat, l'appel d'offres pour sélectionner les entreprises chargées de réaliser le projet suit son cours. IDFM espère une attribution en 2021.

D'ici là, des premières fouilles archéologiques ont été menées la semaine dernière pour vérifier si des vestiges ne se cachaient pas sous terre, au niveau de la future station au Bois-Matar à Villeneuve-Saint-Georges. Ce chantier mené par les agents du conseil départemental s'est avéré négatif, selon IDFM. D'autres fouilles sont prévues en 2021 et 2022 pour les stations Emile-Zola et Emile-Combes, respectivement à Valenton et Limeil-Brévannes.